En voyant le president lever son epee, d’un seul coup lopez avait tranche la cime de

. Je me rends devant la force, dit-il d’une voix ferme, mais je proteste devant tous ceux qui m’entourent contre la violence qui m’est faite. Par dela les equipages glissent avec la fuite brillante de leurs lanternes, des gourmettes et les luisances noires des voitures. La famille des d’Auriol est bien connue en Provence depuis le XVIIIe siecle. Rinal. .

Il ne peut mourir. Oui, repondit seulement Lopez. Son oeil percant distingua aussi, sur le coteau, au-dessus du groupe ennemi, le griffon de Maurin attendant, selon son habitude, l’ordre que son maitre, (ayant d’autres chiens a fouetter) oubliait de lui donner, c’est-a-dire l’ordre de rapporter le lievre aupres duquel il etait assis gravement. Dans le fond de la piece un autel etait dresse et tout tendu de noir, le condamne etait en chapelle; chaque jour, depuis le prononce du verdict, un pretre, l’aumonier de la prison, disait deux messes basses; une le matin, l’autre le soir pour le condamne. un boeuf va plus vite, cent fois! cent fois plus vite, de sur!.

_ _L’interieur de l’unique salle tout en sapin vernis qui mire comme une laque.

Une comedie qu’elle joue la; une comedie qui, lui, l’absorbe et l’agace.

.

A bientot, dit Lopez. Vous voyez deux amoureux qui se contenteraient de votre benediction, si avec ca vous leur donniez la table et le couvert.

. Irrevocablement il l’aime. Avec leurs armes, leurs chevaux et le peu qu’ils possedent. . Deux grands yeux effares sous un casque de cheveux d’un chatain convenable; avec ca, une gorge de dix-sept ans qui avait l’air de vouloir tenir ses promesses. Le chemin de fer de Marseille a Nice contourne le massif au nord. CHAPITRE VI Maurin, prince des braconniers, duc des maires, empereur des gendarmes, roi des Maures, fait la police de son royaume. Brille sur la chaussee un bicycle, un bicycle dont les orbes dardent de pales etincelles. Rinal une conversation que j’ai eue, l’autre matin, avec un paysan de ma connaissance, un nomme Magaud. . L’expression du visage du president etait joyeuse, il semblait heureux de ces cris de vive Miramon, pousses sur son passage, et qui lui prouvaient que le peuple l’aimait toujours, et lui temoignait, a sa facon, sa reconnaissance pour l’heroique resolution qu’il avait prise, de risquer une derniere bataille en rase campagne, au lieu d’attendre l’ennemi dans la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.