Puisque vous etes un ami de la justice, vous etes des notres et vous n’abuserez pas

Miramon expedia un soldat au general Cobos, pour lui donner l’ordre de se replier au plus vite, puis il fit mettre pied a terre aux soldats, placa les fantassins en avant, sur quatre de front, ce qui etait la plus grande largeur dont on pouvait disposer; la cavalerie demontee forma l’arriere-garde. Toujours aussi hargneux? –Plus qu’il ne l’a jamais ete. Les trois coquins avaient des fusils? –Oui, ils ont a eux trois un fusil double et une carabine.

. Les deux cavaliers se pencherent sur le cou de leurs montures et rendant la bride en meme temps qu’ils enfoncaient les eperons, ils s’elancerent sur les traces des voyageurs. Bien repondu! fit Maurin.

. Il oubliait les trois repris de justice pour songer a la maniere dont il pourrait parvenir a exasperer Maurin des Maures et lui faire perdre toute retenue; il comptait bien l’arreter en flagrant delit d’injure a la gendarmerie, et cela devant une belle et nombreuse compagnie ou se trouverait un maire connu et estime. Et il s’interrompit pour reprendre sur son instrument le passage incrimine; puis, s’arretant encore tout a coup: –L’avez-vous entendue, cette fois, la fausse note? Non, pardi! mais Pastoure, lui qui l’a faite, l’a comprise, du moins la seconde fois! N’est-ce pas, Pastoure? Pastoure fit signe que oui. Et si vous voulez connaitre son portrait a cette epoque, permettez-moi de vous reciter une piece de vers qu’un de mes amis publia jadis en l’honneur de la bouquetiere dans une feuille de chou de la rive gauche. Masque de ses larges oeilleres, Saulnier tapait a tour de bras sur un tas de cailloux; il etait assis a terre et il frappait, frappait. Et la ville prospere.

Quel motif me procure le plaisir de vous voir? –Je supplie votre seigneurie de m’excuser si j’ose me presenter ainsi, sans etre annonce, mais j’ai a l’entretenir de choses graves, qui n’admettent pas de retard. Il y a, je ne sais pas ou, un mariage, et tous ceux d’ici y sont alles. Allons, dit la femme, ne contrarie pas la petite. . Tous les habitants du village entouraient Parlo-Soulet et chacun disait son mot sur la direction a prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.