L’excès de mise en scène lui est nuisible

Le public ne se choque pas de différences qui, pour des contemporains, eussent été monstrueuses. En voulant pousser trop loin l’unité de costume, on crée, comme à plaisir, des contradictions entre l’aspect extérieur des personnages et les sentiments qui les font agir. Aussi le point de départ essentiel de cet art transcendant était la convention. La fantaisie, au contraire, associe entre elles des images qui n’appartiennent pas à une même série et n’ont par conséquent pas entre elles de rapport nécessaire et prochain.

Or, c’est précisément tout le contraire, comme nous l’avons fait voir dans ce chapitre. La difficulté était précisément dans le grand nombre de traits précis et particuliers dont, relativement à cette époque peu éloignée de nous, notre imagination est encore encombrée. La vue d’une table sur la scène est donc loin d’être indifférente, et on peut en dire autant de tout le matériel figuratif. C’est une nouvelle mise au point, qui dégage ce qu’il y a dans toute oeuvre d’essentiellement humain et d’éternellement beau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *