Qui ne sait même, à un point de vue plus général encore, combien nous sommes exposés

Les exemples que l’on pourrait citer sont innombrables.

En un mot, la musique est devenue une puissance dramatique; et, comme telle, elle s’associe à l’action, y contribue par l’émotion qu’elle développe dans le héros du drame, et transporte; en nous l’émotion à laquelle il est en proie et que sa voix serait lente ou impuissante à exprimer. Au théâtre, il n’y a pas de toilettes de ville, il n’y a que des costumes de théâtre. De la personnalité scénique de l’acteur. Nos sensations optiques se réduisent au coloris des objets, aux relations de tons entre les ombres et les lumières et à la nature plus ou moins brillante ou mate des reflets. Il doit, en outre, interdire aux comédiens de troubler l’harmonie générale de l’oeuvre en grossissant trop sensiblement l’effet représentatif de leur rôle. Alors le choeur s’ébranle, entraîné par ce mouvement de poignante curiosité qui pousse les foules au-devant des spectacles tragiques.

L’illusion qui nous faisait voir en lui un personnage du drame, faisant corps avec le milieu figuré, créé par le poète et le décorateur, s’évanouit en un instant, et nous n’avons plus devant les yeux qu’une marionnette trop grande, se promenant dans un théâtre d’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *