Ils profitent habilement d’une personnalité distincte et très particulière que leur offre bénévolement la nature, qu’ils

Bientôt, aux répétitions partielles succèdent les répétitions d’ensemble, où tous les accessoires jouent le rôle qui leur est assigné. Le peintre a ainsi associé une tourmente de la nature à un acte criminel. En un mot, il lui faut la foi, une foi en quelque sorte innée, pour croire à la vérité dégagée du réel, pour être convaincu que la peinture de l’idéal est l’unique raison d’être de l’art. C’est même cette pièce d’étoffe qui devrait remplacer le voile, et que Phèdre devrait avoir ramené sur son front.

Mais, néanmoins, l’aspect de Phèdre, lorsqu’elle paraît sur la scène, n’est pas tel qu’il devrait être.

Ce drame, pathétique et humain, rajeunira de lui-même à mesure que la société française vieillira. En un mot, un drame ne se profile jamais ici-bas sur un fond neutre, semblable à ces fonds gris sur lesquels les peintres enlèvent vigoureusement un portrait, mais sur des tableaux animés eux-mêmes, sur des lambeaux d’histoire humaine et sociale qui sont souvent le commentaire le plus éloquent du drame, soit qu’ils expliquent la fatalité d’un acte par l’influence du milieu traversé, soit que par contraste ils en accusent plus fortement l’horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.