Ce problème est dominé par un mot dont il faut bien comprendre le sens et la

L’esprit du spectateur est donc obligé de reconstruire rétrospectivement la suite interrompue de ses sensations, de revenir de lui-même sur l’idée de fin qui s’était formée en lui: au lieu d’un mouvement en avant, il éprouve donc, non seulement un temps d’arrêt, mais encore un mouvement de recul. En même temps, les couches humaines les plus profondes, entraînées par le grand mouvement des révolutions s’élèvent comme une écume à la surface des sociétés et viennent d’elles-mêmes se placer dans le champ de ses observations. Mais ici, je ne critique pas, j’analyse et j’expose les théories d’une école, en cherchant au contraire à les montrer dans leur jour le plus favorable. C’est à satisfaire à ce nouveau besoin intellectuel que s’ingénie l’école réaliste ou naturaliste. La mise en scène n’a pas sa fin en elle-même; la cause finale du drame est la cause formelle de la mise en scène. D’ailleurs, c’est précisément parce que la mise en scène est une fiction qu’elle est un art.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *