Seule, la ruine est au bout de ces essais aussi inutiles qu’extravagants

Dans ce système, qui est le seul logique, il faudrait faire abnégation de toute mise en scène exigeant entre les tableaux un entr’acte pour la plantation du décor. Quoi qu’il en soit, l’effet représentatif idéal sera toujours le modèle que le metteur en scène devra se proposer de réaliser, en tenant compte des nécessités psychologiques, intellectuelles et morales que lui impose la composition particulière de la foule des spectateurs à laquelle il s’adresse.

Il y a certaines façons exquises de dire, certains gestes empreints d’une éloquente grandeur, qui sont tout ce qui nous reste des grands artistes du passé.

Ce problème est dominé par un mot dont il faut bien comprendre le sens et la portée; c’est le mot _représentation_. Il est actif quand la présence du choeur est un élément de l’action dramatique, quand il agit sur les personnages du drame et qu’il impose une direction aux sentiments moraux et aux passions qui les agitent. La fontaine, qui procure à nos yeux l’illusion de la réalité, n’est donc pas la cause finale de la scène entre Sichel et Sûzel; elle n’en est que la cause formelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *