C’est là son modèle; il s’efforce d’en bien concevoir les formes lumineuses, qui se dessineront dans

Mais si l’auteur s’avise de faire de l’archéologie morale et veut nous intéresser au chagrin particulier qu’a ressenti Périclès à la pensée que son tombeau et ceux de tous les Alcméonides seraient désormais privés des honneurs et des rites héréditaires, il est certain que le chagrin de ce grand homme, démesurément grossi d’un trouble superstitieux que nous ne concevons plus, nous paraîtra purement oratoire et ne nous inspirera aucune sympathie, par la raison bien simple que ce sont des sentiments qui se sont éteints en se transformant et qui n’ont aujourd’hui aucune prise sur notre coeur. Le point plus intéressant sur lequel je crois devoir appeler l’attention, c’est sur la modification de costume qui s’impose à Théramène au cinquième acte. Si le poète a conduit rationnellement son oeuvre du relatif à l’absolu, la mise en scène devra s’efforcer de ne pas contrarier cette évolution ascendante. Dans _la Charbonnière_, un tableau représentait une salle d’hôpital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *