Au deuxième acte du _misanthrope_, dans la scène des portraits, célimène occupe le centre optique; mais

Si donc il y a des traditions en ce qui concerne le jeu et la diction des acteurs, il n’en saurait être de même des décorations et des costumes. Celui-ci, en parcourant la scène dans le sens de la profondeur, détruit donc toujours plus ou moins l’illusion habilement produite par le décor. C’est surtout en se demandant comment les représentations classiques forment et épurent le goût qu’on met en évidence l’attrait qu’elles ont seules le privilège d’exercer et la raison secrète de l’empire qu’elles prennent sur ceux qui ont une fois senti le plaisir particulier qu’elles procurent.

En outre, on peut remarquer que les idées particulières des contemporains, se changeant peu à peu en idées de plus en plus générales à mesure que leur point de départ s’enfonce dans les brumes du passé, il arrive un moment où elles se fixent dans des types généraux désormais invariables, au moins dans les prévisions actuelles, et auxquels nous devons rapporter tout ce que nous créons aujourd’hui dans le but de représenter telle ou telle époque passée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.