L’intérêt qu’elle paraît porter aux classes populaires part d’un bon naturel, je veux le croire, mais

Dans _Tartufe_, par exemple, il nous serait tout à fait impossible de deviner quelle est la fonction sociale de chaque personnage, et, à ce point de vue, Tartufe lui-même est un grand embarras pour notre manière de voir toute moderne.

Il y a, à la Comédie-Française, un assez grand nombre de jeux de scène qui n’ont pas d’autre raison d’être, et dont on se contente de dire pour les justifier qu’ils sont de tradition. L’examen de la seconde proposition nous conduira à une conclusion identique.

En un mot, la musique est devenue une puissance dramatique; et, comme telle, elle s’associe à l’action, y contribue par l’émotion qu’elle développe dans le héros du drame, et transporte; en nous l’émotion à laquelle il est en proie et que sa voix serait lente ou impuissante à exprimer. Spectacle véritablement tragique, mais qui n’est si grand que parce que notre douloureuse sympathie a été préalablement éveillée par les angoisses du choeur qui se sont répercutées dans notre âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *