On voit donc combien l’effet général du décor répond mieux à l’idée poétique que les effets

Tout ce que son oeil juge peint et sans réalité n’a qu’une influence générale et faible sur son esprit; il ne lui accorde, avec raison, qu’une attention de surface. De la sorte, lorsque Thésée invoque Neptune, l’acteur pourrait s’adresser directement au simulacre du dieu, et ne serait pas contraint de lui tourner le dos, comme cela a lieu actuellement, étant admis qu’il est plus poli de tourner le dos à un dieu qu’au public. Toutefois, il y a là une ligne de partage assez nettement tracée: d’un côté, l’art dramatique, c’est-à-dire tout ce qui est l’oeuvre propre du poète; de l’autre, la mise en scène, c’est-à-dire ce qui est l’oeuvre commune de tous ceux qui, à un degré quelconque, concourent à la représentation. Ce n’est que vers la fin du XVIIIe siècle que l’homme a laissé son âme s’ouvrir aux impressions profondes de la nature et qu’il a associé celle-ci à ses états psychologiques.

Socrate, assis sur un lit, s’entretient avec ses disciples; tout en parlant, il tend la main vers une coupe que lui présente le serviteur des Onze: ce tableau représente la mort de Socrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *