Chapitre xix lois restrictives de la mise en scène

Si j’ai choisi _Phèdre_, ce n’est pas que cette tragédie offre une occasion exceptionnelle d’étude et fournisse une plus riche moisson d’exemples que toute autre; c’est uniquement qu’au moment même où je m’occupais de la mise en scène j’ai pu assister à plusieurs représentations de cette tragédie.

Si l’architecture me paraît heureusement appropriée, je ne saurais en dire autant de la toile du fond, qui, en définitive, représente l’acropole d’Athènes, ou une colline sainte qui lui ressemble à s’y méprendre. Chez les anciens, le rôle du choeur était bien plus considérable que ne l’est jamais chez les modernes la figuration. Il est peu de personnes qui n’aient assisté à la mort d’un être quelconque: l’un a vu mourir un vieillard, l’autre un enfant ou une femme; celui-ci a vu tomber des soldats sur le champ de bataille, celui-là a assisté à l’agonie de malades dans un hôpital; les uns ont observé la mort lente ou violente d’animaux, les autres la leur ont causée volontairement; tous enfin ont vu les mêmes phénomènes généraux se reproduire dans des conditions extrêmement variables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.