Ce sont là, en effet, les conditions désastreuses dans lesquelles une oeuvre dramatique paraît sur le

Il résulte donc des dispositions de la scène et des effets qui en sont la conséquence que la mise en scène doit établir un rapport de valeur entre l’importance d’un jeu de scène et l’endroit du théâtre où il faut l’exécuter, et que dans une scène, et par suite dans un acte, les positions relatives des personnages sont liées à l’importance qu’ils prennent alternativement dans le développement de l’action. Un directeur avisé et prévoyant serait celui qui monterait une pièce, même médiocre, s’il devinait dans son auteur un sens dramatique capable de produire un chef-d’oeuvre dans dix ans. Quant aux spectateurs placés de face, ils échappent aux conditions médiocres ou mauvaises dont se plaignent ceux de gauche ou de droite. Tout drame ou toute comédie était un conflit psychologique et moral et mettait en présence des êtres qui, sous des apparences réelles, n’étaient qu’idéalement vrais. La méthode de travail du comédien se résume donc en deux points: premièrement, détermination des traits généraux de l’image qui est la synthèse idéale d’un ensemble de phénomènes particuliers et réels; deuxièmement, retour fréquent à l’observation de la nature, afin de découvrir si l’examen comparé des phénomènes ne lui fournira pas quelque caractère commun jusqu’ici négligé ou inaperçu, ou si, dans les présentations fortuitement fréquentes d’un phénomène, la réapparition d’un trait particulier ne l’élève pas à l’importance d’un trait général.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *