Au lieu de ce jeu naturel, dicté par l’état physiologique de thésée, l’acteur qui remplit ce

La puissance musicale. Du vrai et du vraisemblable. Quand un groupe de figurants, soldats ou licteurs, arrive sur la scène, il doit se présenter vivement, en ayant l’attention de ne pas prendre l’allure cadencée du pas militaire, et s’arrêter franchement sans se préoccuper de la régularisation des rangs; s’il entre par le fond et s’il doit faire face au public, il faut que le mouvement soit un et jamais décomposé en deux mouvements. Après les avoir fait figurer un an ou deux au répertoire courant, il est bon de les démonter complètement pour la plupart, et d’attendre quelque temps avant d’en faire une reprise. En peinture, on se préoccupe à juste titre de la coloration et de l’intensité des reflets; il en sera de même au théâtre, et puisque notre tournure d’esprit elle-même se reflète sur les objets dont nous meublons notre vie, l’auteur et le metteur en scène devront s’attacher à satisfaire la prédisposition qu’ont les spectateurs modernes à chercher dans les objets le reflet des qualités morales ou intellectuelles du sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.