La femme portait le costume des rancheras mexicaines; quant a l’homme, c’etait un vaquero

Un soir que le comte faisait pour tuer le temps une partie d’echecs avec Dominique, et que les deux jeunes gens qui se souciaient aussi peu de leur jeu l’un que l’autre demeuraient silencieusement accoudes face-a-face sous pretexte de combiner des coups savants mais en realite pour penser a autre chose, on frappa fortement a la porte de la rue. Marchons, dit-elle en s’enveloppant dans sa mante sans prendre autrement conge de l’abbesse. Amenez cet homme, dit tristement Miramon, car son coeur etait peniblement affecte d’etre contraint de sevir: il va etre juge. .

Ils desiraient qu’il le fut, ils le voulaient,–tout a fait comme de vrais juges.

III ROMANCE Les subtils, les tres vagues parfums des mouchoirs qu’on retrouve au fond des malles poussiereuses rappellent les serments emportes aux jours,–telles des fleurs aux bises hiemales,–les serments de nos amourettes d’autrefois.

Cette opinion se peut soutenir. Du dejeuner, il demeure au juif une ivresse qui lui montre les choses fluides. . Ce combat parfaitement regle a ses lois dont il n’est pas permis de s’ecarter; les adversaires font leurs conditions sur la longueur de la lame afin de convenir a l’avance de la profondeur des blessures qui seront faites; on se bat a un pouce, a deux pouces, a la moitie ou a la totalite de la lame selon la gravite de l’insulte; les combattants placent leur pouce sur la lame du couteau a la longueur convenue, et tout est dit. Monsieur, dit le prefet hautain, le comice agricole ne doit pas pouvoir se tromper.

Or, aujourd’hui, vous etes venus en bien petit nombre. Cabissol y fit grand honneur. Qu’avez-vous? s’ecrierent les deux jeunes gens avec anxiete. Bonjour, Tonia! fit-il. Elle se retira digne et roide dans sa robe de soie sombre. . Quand il _se_ parlait de Maurin, Pastoure repetait: –D’hommes comme ca, on n’en fait plus. Le plus age des deux cavaliers etait un homme de quarante a quarante-cinq ans, qui n’en paraissait au plus que trente-six; sa taille, un peu au-dessus de la moyenne, etait, bien qu’elegante, fortement charpentee, ses membres trapus denotaient chez lui une grande vigueur corporelle, il avait les traits accentues, la physionomie energique et intelligente; ses yeux noirs et vifs, toujours en mouvements, etaient doux mais lancaient parfois des eclairs fulgurants lorsqu’ils s’animaient, et alors ils donnaient a son visage une expression dure et sauvage impossible a exprimer; il avait le front haut et large, la bouche sensuelle; une barbe noire et touffue comme celle d’un ethiopien, melee de fils argentes, tombait sur sa poitrine; une luxuriante chevelure, rejetee en arriere, inondait ses epaules, son teint hale etait couleur de brique; bref, a le juger sur l’apparence, c’etait un de ces hommes determines, precieux dans certaines circonstances critiques parce qu’on ne craint pas d’etre abandonne par eux. Et lorsqu’a la fin l’idee nous prit de l’appeler pour voir s’il y etait encore,–car, bien que l’evasion nous parut chose impossible, nous appelames le prisonnier (mais trop tard) pour etre en regle avec la prudence,–rien ne repondit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *