En arrivant sur le terrain de chasse, maurin, suivi de pastoure muet comme une carpe, avait

A ces paroles, un fremissement de joie courut parmi les chefs et les soldats. Pastoure fit un geste d’insouciance. Et, quels sont ses rapports avec la Republique francaise, le savez-vous, maitre Pons? dit le prefet d’un air grave.

. . Rinal, lui dit-il, vous l’avez vu a Bormes, le jour de l’enterrement de Crouzillat. _ _Des fioles de vin du Rhin encombrent la table de noyer. Mon cheval aussi a la colique! Plus d’une heure s’ecoula au milieu de la plus grande confusion. Maurin, a travers les branches, la regardait, et tout le desir et toutes les jeunesses etaient en lui. Je suis desespere de vous refuser, senor, repondit l’officier, mais la consigne nous defend d’introduire qui que ce soit dans le palais avant huit heures du matin; veuillez donc, si la cause qui vous amene est serieuse, revenir a l’heure que je vous indique, rien ne s’opposera a votre introduction. Il y arrivait le matin et ne le quittait pas meme pour dejeuner. Le jeune homme eut un rugissement de tigre. Mon cheval aussi a la colique! Plus d’une heure s’ecoula au milieu de la plus grande confusion.

Reflechissez donc que tous feraient fortune chez nous, si l’on n’y chassait qu’a la casquette, car sur vingt mille habitants on compte douze mille chasseurs! Eh bien!–les casquettiers se plaignent. Et ses cuisses se moulent dans un collant gris de perle et ses mollets en de superbes guetres jaunes. Il faut que je protege les jeunes.

Il a onze ans. Il posa quarante sous sur le tronc d’arbre qui servait de banc au paysan, ajusta son canard et le tua. Et il se rememore l’allure insouciante du tringlot qu’il vit entre les gendarmes, lors de son depart. Vous voyez d’ici combien ces coiffures instables deviennent ridicules quand les mouvements des joueurs les deplacent ou les font rouler a terre! Et quels lazzis! quels petillements de moqueries entrecroisees!. Tes electeurs te demanderont la lune, et il faudra bien la leur promettre. Le general Miramon chevauchait en tete de l’armee, au milieu de son etat major avec lequel il causait gaiment; on aurait dit, a le voir allant ainsi calme et souriant, que nulle preoccupation n’attristait son esprit, il semblait en quittant Mexico avoir repris cette heureuse insouciance de la jeunesse que les soucis du pouvoir lui avaient si vite fait oublier. Mais leurs noms, leurs noms? –Vous les connaissez bien, ou du moins je le suppose; le premier se nomme don Antonio Cacerbar et le second. Tout une caste, ou du moins (et cela suffit) les plus orgueilleux d’une caste orgueilleuse, se croyaient tellement au-dessus du peuple qu’ils prenaient avec lui toutes licences. Sandri n’etait venu la que pour jouir de l’arrestation de Maurin. Ce qu’il y a en lui de genie de race est inexprimable. Cependant, la victime, un jour de belle humeur, au cabanon, apres boire, finissait par conter son aventure. Tous les deux ou trois jours, sa fille, Clairette, sortait du cabanon pour aller sur la route attendre la diligence. Deux heures apres, Maurin arretait de sa main et faisait ficeler solidement un des trois vagabonds.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.