Parmi les officiers qui composaient l’etat-major du president et qui retournerent avec lui au palais, se

Don Andres de la Cruz, car maintenant nous lui rendrons son veritable nom, avait assiste en spectateur fort interesse a toute cette scene a laquelle jusque-la il n’avait ose se meler. Le general Miramon se promenait, triste et pensif, dans un petit salon attenant a ses appartements particuliers; en apercevant don Jaime, son visage se derida. et a nous deux nous les muselons (il tutoyait vite toutes les filles) et je les offrirai a ton gendarme, veux-tu? Ce serait un cadeau bienvenu pour lui,–que peut-etre on lui donnerait le galon! –Laissons ces diables dans les bois. Je vous assure que le spectacle est rejouissant. La jeune fille demeura pensive un instant, puis elle replaca sur le perchoir de bois de palissandre, la perruche avec laquelle elle avait joue jusqu’a ce moment, et sautant a bas de son hamac, elle vint s’asseoir sur un siege a peu de distance du comte. –Son poste d’observation? interrogea le prefet. Va tuer des mouches!. –Tout dependra de la premiere bataille: gagnee, je suis sauve, perdue, tout est fini sans remede. Un triste crepuscule pale filtrait a travers les vitres de l’etroite fenetre. . Les chienlits se figent dans les bouches et la foule s’enfle autour de lui, chuchotante et solennelle. A la suite d’une telle lecture Marceline a du etre concue dans un lit d’acajou linceule de cretonne bleue. –C’etait pourtant besogne facile a nous (puisque nous savions que les deux coquins n’avaient plus de munitions) de deviner qu’en les surprenant dans cette baume (grotte)–ou nous les avions fait appater avec des provisions, qui avaient l’air d’avoir ete oubliees la par notre ami le cantonnier,–ils obeiraient comme des moutons des que nous leur montrerions les quatre-z-yeux noirs de nos deux fusils doubles. La valise renferme son uniforme. Et Maurin, posant a terre son prisonnier sans lui lacher le bras, courut sus a la bande des lapideurs, tout en trainant derriere lui le grand gamin qui faisait resistance mais n’osait plus faire le mechant, occupe voir la page qu’il etait a se garer des projectiles de ses compatriotes. –Je suis bon Provencal et je vous comprends, calmez-vous, mon cher Cabissol; mais avouez qu’en parlant de Maurin et de Pastoure, que j’aime comme vous les aimez, vous les transfigurez un peu trop vite en heros infaillibles. –Ce serait un malheur, mais qu’y faire? Ma foi! Dressez le couvert, il y a assez longtemps que j’attends, j’ai un trop formidable appetit pour differer mon repas davantage.

Il faisait aller son chilet et ne voulait plus s’interrompre de peur d’effaroucher les oiseaux imaginaires.

Lorsque le president eut atteint le cabinet particulier, dans lequel il travaillait habituellement, il se jeta dans un fauteuil, et essuyant, avec un mouchoir, son visage baigne de sueur. –Oui, il est seul. –Bas les masques! dit le personnage qui seul jusqu’alors avait parle, ils sont inutiles maintenant; c’est a visage decouvert qu’il nous faut parler a cet homme.

C’est amusant d’etre la. Le prince, homme fait maintenant, avait reflechi qu’il etait le dernier de sa race et qu’il etait urgent, s’il ne voulait pas que les biens et les titres de sa famille passassent a des collateraux eloignes, d’avoir un heritier de son nom; en consequence, il avait entame des negociations avec plusieurs familles princieres du pays, et a l’epoque ou nous sommes arrives, c’est-a-dire huit ans environ apres la mort de son frere, il etait fortement question du mariage prochain du prince avec la fille d’une des plus nobles maisons de la confederation germanique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *