Le general berriozabal, le general degollado, ses fils, deux colonels, tous les officiers composant leur etat

Alors, comme a contre-coeur, car il regrettait de paraitre servir les interets du chasseur, Antonio, sans regarder ni Maurin ni sa fille, grogna: –Et qui te dit que la vraie hospitalite n’est pas, a cette heure, de renvoyer Maurin au plus vite? Il a en ce moment la loi contre lui. –Vive Dieu! s’ecria celui-ci, en francais, en se relevant brusquement tout en ouvrant les yeux, je crois, le diable m’emporte, que je me suis endormi. Le plaisir peut-etre le plus grand n’est-il pas d’attendre quand on est sur d’atteindre? Tout a coup, de nouveau, au seuil de la maison forestiere, Tonia eclata de rire et, regardant Maurin de cote, chantonna: Mon bon monsieur, quand on la tient, Faut plumer la poulette! Alors Maurin se trouva tout bete, mais si le pere Orsini n’etait pas a la maison, qui sait, il allait pouvoir peut-etre prouver a Tonia qu’elle avait eu tort de rire si haut! Au moment d’entrer dans l’habitation, l’avise Maurin redescendit vivement le perron rustique et courut cacher, sous la garde d’Hercule, son fusil et son carnier dans la cabane de bruyere ou le forestier enfermait ses le site instruments de jardinage. Restait toujours le mandat d’amener decerne contre Maurin (affaire Grondard), et dont furent informes enfin M. –Et tu n’as rien entendu? –Mon Dieu non, quelques mots a peine, sans suite et voila tout. On l’admire, sans restriction. Vaines diatribes, cela, bonnes au plus a gueuler devant les zincs pour se montrer crane. . Desorty, prefet, continuerent, _inter pocula_, leur conversation amusante et comment le premier de ces deux personnages fut conduit a narrer au second l’histoire du _Marchand de larmes_, sans pour cela oublier l’illustre Maurin, Roi des Maures. –Partons-nous? demanda le jeune homme avec impatience. . Pauvre de moi!. Don Andres leur fit un dernier signe d’adieu et ils quitterent l’hacienda. Quelques jours plus tard, a La Molle, soixante chasseurs etaient reunis par les soins de Pastoure, pour faire une battue et prendre les deux voleurs qu’on avait signales dans les environs. . . Il faut fonder un systeme qui ne ressemble pas au systeme des aines, sans quoi on n’est que leur ecolier, et il s’agit de se poser en maitre. Et leurs faces renfrognees, rougeaudes, moustachues, grognent sous les kepis garance. . Personne n’ira a la battue. –Et qui donc? –Connaissez-vous el Rayo, senor Frayle? –!_Santa Virgen_! Si je le connais, illustre commandant! –Eh bien, c’est lui qui va mourir. Le vent frais du matin, parfume d’herbes de montagne, la caressait, faisait frissonner sur sa nuque les cheveux fous, irises au soleil levant. . –La porte, Maurin, on te dit! Il fait un vrai temps a becasses! Il y avait, parmi les buveurs, paysans et bucherons, deux gendarmes et aussi un garde-forets reconnaissable a son uniforme vert. Ah! ah! oui, ma foi, sur la tete! Et comment cela? C’est qu’ils etaient sous le pont, a moins d’une lieue d’ici, a l’endroit ou de la route de Cogolin se detache la nouvelle route de Bormes. ca te tiendra debout. Si Tonia l’avait suivi dans les bois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *