–il y a des braves gens partout, c’est entendu! –et, dit m

Maurin repoussa en arriere son petit feutre fane et dit gravement: –Voila. –Tourne comme vous l’etes, ca se comprend, remarqua malicieusement Leonie Clauss.

. –Qui donc? demanda la jeune fille.

Le jeune homme s’inclina et reprit: –Or, le comte de la Saulay, qui vivait alors, etait un fougueux partisan des Guises et un ami tres intime du duc de Mayenne; le comte avait trois enfants, deux fils qui combattaient dans les rangs de l’armee de la Ligue et une fille attachee en qualite de dame d’honneur a la duchesse de Montpensier, soeur du duc de Mayenne. Du fiacre ou elle s’installe en tapotant ses jupons, elle a pour Doriaste un franc regard, tres long. . . Il les encadrait. . Et Maurin elevait ses doigts ecartes, pour augmenter chaque fois d’un merle le nombre precedemment enonce.

Voyez un peu, sans fusil, ce que peut faire le genie de l’homme! » Quand il se releva, il apercut ses quatre enfants et sa femme qui venaient a lui. « Alors, pale, maigre, noir, debout sur l’eminence formee par la terre fraichement retiree du trou, emu lui-meme, il parla ainsi a la foule emue: « –Mesdames, messieurs, vous tous, amis connus et inconnus, recevez les remerciements d’une famille eploree; d’une soeur ecrasee sous la plus inconsolable de toutes les douleurs–puisque jamais la tombe n’a rendu sa proie! Du moins, chere demoiselle Anastasie (_Ici M_lle _Anastasie sanglota eperdument_), du moins vous avez cette consolation enviee par tous les honnetes gens, de voir une ville entiere se presser autour de vous, dans un elan de participation a votre douleur, participation qui n’a d’egale, par sa grandeur, que votre douleur elle-meme. Une ou deux langues cependant lui manquaient encore. . –C’est, je crois, une sorte de boeuf? demanda Maurin. Il voulut remercier le jeune homme. –Les lions eux-memes, interrompit Maurin, en ont un a la meme place. –Bah! je vous ai vus ensemble le soir meme de la battue.

Le comte regarda. –Monsieur, dit le prefet, du ton d’un Bonaparte menacant (ce ton-la est celui de tous les democrates francais des qu’ils sont fonctionnaires), monsieur, je n’admets pas d’excuses. –Oh! Ni aujourd’hui, ni demain, mon frere, repondit vivement dona Maria; il y a longtemps deja que nous ne sortons plus, excepte pour aller a la messe.

La vie inferieure doit etre sacrifiee a la vie superieure, et celle-ci a le droit d’etre impitoyable lorsqu’il s’agit pour elle d’assurer sa ce site conservation et les moyens de s’elever encore.

–Oh! C’est horrible! firent-elles en se cachant le visage dans les mains et en eclatant en sanglots. .

Surveille ton roti. Les deux epoux se regarderent un instant sans une parole, puis ils s’etreignirent longuement, toujours muets, tres emus. –N’avez-vous pas combattu contre nous? –C’est vrai, mais nous etions dans le cas de legitime defense; on nous attaquait, nous devions nous defendre. . .

Ripert lut les lignes suivantes: « –Ces montagnes, dignes au plus haut degre de l’interet du savant par la constitution geologique de leurs roches et le nombre de leurs plantes rares, devraient etre egalement visitees par les simples touristes amoureux de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.