–y a-t-il longtemps que vous lui avez parle? –il y a une heure a peu pres

–Ainsi, vous savez ou je dois la trouver? –Je le sais. Belle-Rose appela le sergent la Deroute, et lui commanda d’appreter son cheval. –Il est pret. –Va donc le chercher. le site Un instant apres, la Deroute revint, conduisant deux chevaux par la bride. –Voila deux animaux inseparables, dit-il: ou l’un va, il faut que l’autre coure. Mon lieutenant permettra bien que le gris accompagne le noir? –Comme tu voudras. Conrad avait tout entendu. A ces derniers mots, il s’approcha. –La personne qui vous attend, dit-il en s’adressant a Belle-Rose, m’a fort recommande de vous amener seul. La Deroute intervint brusquement. –Mon ami, dit-il au Lorrain, la personne qui t’envoie ne sait pas que mon cheval est un animal surprenant pour l’amitie. S’il restait seul au logis, il se casserait la tete d’un coup de pied; c’est un meurtre que tu ne voudrais pas avoir sur la conscience.

Marche, on te suit. Conrad reflechit qu’une plus longue insistance pourrait eveiller des soupcons; ce n’etaient, apres tout, que deux hommes contre dix. –Ce sera l’affaire d’un coup de pistolet de plus, se dit-il, et il se mit en devoir de partir. Au moment de s’eloigner, la Deroute appela un caporal qui passait par la. –Eh! Grippard! lui dit-il, viens t’asseoir ici, et garde la maison.

Si M. de Nancrais ou toute autre personne nous venait demander, assure-les que nous serons promptement de retour. Nous allons. . .

Ou allons-nous? reprit-il en se tournant du cote de Conrad. –A Morlanwels, dit Conrad, qui ne pouvait s’empecher de repondre a la question. –Tu as entendu? continua la Deroute en s’adressant a Grippard. –Parfaitement. –Assieds-toi donc, et veille bien.

A trois cents pas du camp, le Lorrain prit son cheval qu’il avait laisse dans une ferme, et on poussa vivement du cote de Morlanwels. Belle-Rose n’avait pas fait une lieue que Mme de Chateaufort, a cheval, arrivait devant la tente du lieutenant. Elle etait vetue d’un habit de velours vert qui seyait merveilleusement a sa taille elegante et souple; un feutre gris, ou flottait une plume rouge, ombrageait sa tete, et du bout de sa houssine elle irritait une superbe jument blanche qui piaffait sous elle et faisait voler l’ecume de ses naseaux enflammes. Deux laquais la suivaient a cheval, le mousquet pendu a l’arcon de la selle.

–He! l’ami! dit-elle a Grippard, voudriez-vous dire au lieutenant Belle-Rose qu’une dame est la, qui desire lui parler? –Je le ferais sans nul doute, madame, si le lieutenant n’etait parti. –Parti, dites-vous? –Il y a une demi-heure. –Parti, sans rien dire? –Un homme est venu de grand matin, lui a remis un billet, et ils se sont eloignes ensemble. Le sergent la Deroute m’a charge de repondre qu’ils allaient du cote de Morlanwels. –A Morlanwels? mais il y a des Espagnols de ce cote-la! –Des Espagnols et des Imperiaux, dit Grippard. Les yeux de la duchesse tomberent sur un papier plie en forme de lettre qui gisait sur le sol; leste comme un oiseau, elle sauta par terre et ramassa le papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *