Tout a coup grondard se montra, aux yeux de maurin, comme on n’etait pas loin de

Deja on apercevait les premiers chataigniers de la foret qui appartient au couvent, et Maurin se dit: –Grondard est noir, mais c’est un homme jeune; me voila desensorcele par mon ennemi meme! Et du plaisir qu’il en avait, il souriait a Grondard, qui ne comprenait pas ce sourire.

Et quand il se vit proche du charbonnier, Maurin s’arreta dans l’etroite sente. Derriere lui s’arreterent les gendarmes,–et Maurin, regardant Grondard avec le mepris qui lui revenait enfin, lui cria tout-a-coup d’une voix de colere: –Si c’est toi, comme je le pense, qui m’as espionne ce matin et qui m’as livre, tu as fait la une affaire mauvaise pour toi, bete brute! On t’a bien nomme la _Besti_ de pere en fils. –C’etait, dit Grondard avec un rire mauvais, le surnom donne a mon pere. Ce n’est pas le mien. –La _Besti_, dit Maurin n’a pu qu’engendrer une _Besti_ et _Besti_ tu seras nomme quand tu serais batard! oui, tu as mal arrange tes affaires, car souviens-toi que lorsque tout ce pays-ci verra Maurin encatene et en prison, il se levera tout entier pour etre temoin comme quoi je suis un brave homme et toi une canaille. Quand ils verront que c’est serieux et que les tribunaux me veulent mal, les pins et les chataigniers d’ici parleront pour moi et diront qui je suis, et ils diront aussi qui toi tu es. Quand ils me verront veritablement en position de malheur, meme les gens de Gonfaron oublieront ma _galegeade_ et ils reprocheront a leur maire de ne pas avoir ri de ce qui est risible, et d’avoir mis la loi en mouvement contre le crime d’avoir plante (ah! pauvre France!) deux ailes de perdreau sur la croupe d’un joli petit ane, qui ne m’en a pas voulu, lui, de ma plaisanterie, vu qu’elle n’a fait de mal a personne. Et meme les gens du Plan-de-la-Tour temoigneraient que je croyais bien dire et bien faire en empechant leur mendiant de trembler, ne voyant pas la necessite qu’il les fit rire avec le souvenir de ses douleurs; et ils jugeront leur sottise aux consequences. « Alors, tous ces gens-la, pour me defendre, je te dis, t’attaqueront, toi! car il y a une justice, et quand vient son moment, les sots cessent de l’etre, et comprennent. Il y a alors des mechants qui se repentent et ce qui est cache parait.

Je parle pour que ces deux-ci, qui m’ont pris par obeissance a leur devoir, se souviennent. Entendez-vous, Sandri? ce n’est pas une histoire de femme qui peut perdre un honnete homme qui n’a jamais trompe personne. Et c’est pourquoi, bientot, mon pauvre charbonnier, tu ne seras pas blanc! On te verra l’ame plus mascaree encore que ton visage. Les coquineries de ton pere et de toi, une a une sortiront des trous ou elles se cachent, comme sortent, au tambour des limaces, toutes les sales betes visqueuses. Les pins et les chataigniers d’ici, qui sont pour moi, seront contre toi et contre ton pere et tes soeurs, parce qu’ils ont vu vos malices et vos abominations et ils savent ce qu’ils ont a dire. Tous vos secrets viendront au-dessus de l’eau. Vous aurez contre vous des hommes que vous avez voles au coin du bois, au soleil tremont; des femmes que vous avez insultees et malmenees; et des enfants qui viendront dire comment vous etes ce site pires que les betes puantes contre qui, en tout temps, la chasse est permise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *