Sur un geste du lieutenant, le cocher, qui hesitait depuis l’intervention inattendue du cavalier, s’avanca vers

Il n’avait pas fait deux pas, que la main de l’inconnu s’appuyait sur son epaule. –ecoute, lui dit-il: Monsieur que voila t’a promis dix louis pour conduire mademoiselle aux Porcherons; moi, je te promets cent coups de baton si tu ne la conduis pas a la metairie que voila; mais je joindrai mon invitation a celle de monsieur pour te le site prier de l’aider a monter en fiacre. Comprends-tu? –Tres bien, dit le cocher, qui sentait, a la maniere dont la main du cavalier s’etait appuyee sur son epaule, qu’il n’y avait pas d’objection a faire a un homme si plein d’eloquence et de vigueur. Une nouvelle conviction venait de penetrer dans son esprit, et en neophyte zele il courut ouvrir la portiere, voulant, par son empressement, temoigner de la chaleur de sa conversion. –Entrez, mademoiselle, reprit l’inconnu en presentant la main a Claudine, entrez; je vous reponds des bons sentiments de cet honnete cocher. N’est-ce pas, l’ami? –C’est trop d’honneur, monsieur, repondit l’autre, qui se frottait l’epaule tout en fermant la portiere. L’intervention de l’etranger avait ete si rapide, l’action avait si promptement suivi ses paroles, que M. de Villebrais et Belle-Rose etaient demeures spectateurs muets de cette scene.

Mais au moment ou Claudine s’assit dans le fiacre, M. de Villebrais sentit se rallumer toute sa colere. Il fondit sur Belle-Rose l’epee a la main, et lui porta un coup si furieux, qu’il l’aurait transperce d’outre en outre, si Belle-Rose, au bruit de ses pas, ne se fut jete de cote. Le fer dechira les habits du sergent et glissa sur l’epaule; mais grace a la vivacite du mouvement et de la parade, la chair seule fut entamee. –Vous pratiquez donc aussi l’assassinat, monsieur? dit l’etranger, tandis que le cocher poussait les chevaux dans la direction de la metairie avec une ardeur sans pareille. M. de Villebrais palit a cet outrage.

–En garde! monsieur, s’ecria-t-il d’une voix etranglee par la fureur; et il s’elanca vers l’inconnu.

–Vous m’oubliez, je crois! dit Belle-Rose; et d’un bond il tomba entre le lieutenant et l’etranger.

–Si votre adversaire voulait me ceder son tour, reprit celui-ci sans meme toucher a la garde de son epee, je consentirais bien a vous faire l’honneur de me mesurer avec vous, monsieur; mais je vous ferai observer que vous lui devez la preference.

–Me battre avec un manant, jamais! –Il le faudra cependant bien. –Et qui m’y forcera? dit M. de Villebrais dedaigneusement. –Moi! qui suis tout pret a vous frapper sur la joue du plat de mon epee, si vous hesitez. M.

de Villebrais se mordit les levres jusqu’au sang. –ecoutez donc, monsieur, continua l’etranger du meme ton et sans paraitre plus emu que s’il se fut agi d’un souper, quand on passe du rapt au meurtre avec une si surprenante facilite, il faut bien s’attendre a quelque desagrement. Tout n’est pas benefice dans le metier. La honte de l’action qu’il avait commise, et la rage qu’inspiraient a M. de Villebrais les paroles dont son oreille etait fouettee, l’emporterent sur l’orgueil du rang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *