–quoi! vous n’avez rien vu, rien? –rien, sauf le pied

–Ah! –Un pied de duchesse! –Parbleu! Mais dites-moi, monsieur Meriset, cette duchesse avait-elle, comme la marquise, l’air contrarie de ne m’avoir pas trouve? –Au contraire. C’est au moins ce que je me suis dit en la voyant sauter en voiture. –C’est juste. Elle ne venait donc pas pour me parler? –Pas tout a fait. Elle venait pour savoir.

–Et qu’avez-vous repondu, monsieur Meriset? –Ah! ah! on n’est point sot, quelque air qu’on ait. J’ai laisse causer et n’ai rien dit. –Bien sur? –Aussi vrai que ma maison est une honnete maison. Ce n’est pas qu’on n’ait voulu me tenter, et cette bourse qu’on m’a donnee prouve assez dans quelles intentions on etait venu. –Eh quoi! vous l’avez prise? –Je l’ai prise et me suis tu. Une maison a toujours besoin de reparations; mais les reparations n’obligent pas a parler. On a eu beau me retourner de cent facons pour savoir qui vous etiez, ce que vous faisiez, d’ou vous veniez, j’ai ete muet comme ce bonnet. Que voulez-vous! c’est plus fort que moi. Vous m’avez charme a la premiere vue, et je ne sais pas vraiment tout ce que je ferais pour vous.

Cependant, il faut bien avouer que ma discretion a peut-etre moins de merite au fond qu’en apparence. Je n’ai rien dit, sans doute, mais aussi je ne savais rien. –Je ne chicanerai pas sur le fait, l’intention suffit. –Oh! l’intention etait excellente et le sera toujours. Belle-Rose se parisclick.fr crut oblige de recompenser cette bonne intention afin de la maintenir dans le sentiment de l’honnetete, et comme la personne n’avait point dit qu’elle reviendrait, il ne se donna pas la peine de l’attendre le lendemain. Pour le coup, Belle-Rose ne sut que penser de ces deux visites; il n’etait pas probable qu’elles vinssent toutes deux de la rue Cassette, et comme, d’un autre cote, il ne connaissait aucune femme a Paris, il ne pouvait faire que de vaines suppositions. Apres avoir torture son esprit de mille manieres, il prit le parti fort sage de s’en remettre a l’avenir du soin d’expliquer cette aventure.

Le jour de sa troisieme course a la maison de la rue Cassette etait venu. Le resultat fut tel qu’il l’avait prevu. La dame au surtout carmelite prit cette fois la lettre sans observation.

Le lendemain, Belle-Rose s’installa chez lui et attendit. Les heures se passerent; rien ne parut. Le soir vint. A tout hasard, Belle-Rose serra ses hardes pour etre pret a partir au point du jour et sortit pour diner chez un traiteur de la rue du Bac, ou il avait coutume de prendre ses repas. Comme il en sortait, un rassemblement d’artisans et de boutiquieres l’arreta au coin de la rue de Sevres; par desoeuvrement, il se mela a la foule qui faisait grand bruit a propos d’un porteur de chaise qui se querellait avec un bourgeois. Tout a coup une main le saisit par le bras et une voix de femme prononca distinctement ces paroles a son oreille: _La Castillane attend_. Belle-Rose tressaillit, mais quand il se retourna, il n’y avait aupres de lui que des ouvriers. Il sentit seulement un papier que la main de l’inconnue avait glisse dans la sienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *