–qu’avez-vous? s’ecrierent les deux jeunes gens avec anxiete

–Voyez, dit-il en leur indiquant le sol. Le comte regarda. –Nous sommes joues, dit-il au bout d’un instant, il est trop tard. –Mais expliquez-vous, au nom du ciel! Je ne comprends rien a ce que vous dites, moi, s’ecria le comte.

–Tiens mon ami, reprit Dominique, vois-tu comme le sable est foule? Remarques-tu ces empreintes de pas qui courent dans tous les sens? –Eh bien? –Eh bien, mon pauvre ami, ces empreintes sont celles laissees par les hommes conduits probablement par don Melchior, et qui ont pris ce chemin pour s’introduire dans l’hacienda, ou peut-etre ils sont deja. –Non, reprit le mayordomo, les empreintes sont toutes fraiches; ils ne sont entres que quelques minutes avant nous. L’avance qu’ils ont n’est rien, car arrives au bout du souterrain il leur faudra demolir le mur que j’ai construit, et il est solide, ne nous decourageons donc pas encore, peut-etre Dieu permettra-t-il que nous atteignions l’hacienda a temps; venez, suivez-moi, hatez-vous, abandonnez les chevaux; ah! C’est le ciel qui m’a inspire de ne pas boucher la seconde issue. Agitant alors la torche pour en raviver la flamme, le mayordomo s’elanca en courant dans une galerie laterale, suivi par les deux jeunes gens. Le souterrain montait en pente douce; la route qu’ils avaient suivie pour venir a la grotte, tournait autour de la colline sur laquelle l’hacienda etait batie; de plus, il leur avait fallu faire de nombreux detours et marcher avec circonspection, c’est-a-dire assez lentement, de peur d’etre surpris, ce qui leur avait demande un laps de temps assez considerable; mais cette fois il n’en etait plus ainsi, ils couraient en ligne droite devant eux, ils accomplirent ainsi en moins d’un quart d’heure ce qui, a cheval, avait exige pres d’une heure a travers la campagne, et ils arriverent dans le jardin. L’hacienda etait silencieuse. –eveillez vos domestiques pendant que je sonnerai la cloche d’alarme, dit le mayordomo; peut-etre sauverons-nous l’hacienda! Il se precipita vers la cloche dont les vibrations redoublees eurent bientot reveille les habitants de l’hacienda qui accoururent a demi vetus, ne comprenant rien a ce qui se passait.

–Aux armes! Aux armes! criaient le comte et ses deux compagnons. En deux mots, don Andres fut mis au fait de la situation, et pendant qu’il faisait placer sa fille dans son appartement sous la garde de serviteurs devoues, et organisait la defense autant du moins que le permettaient les circonstances, le mayordomo suivi des deux jeunes gens et de leurs domestiques, s’etait elance dans le jardin. Ludovic et dona Dolores n’avaient echange qu’une parole. site de l’entreprise –Je vais la, chez mon pere, avait-elle dit. –J’irai vous y retrouver. –Je vous attends, nul autre que vous ne m’approchera? –Je vous le jure. –Merci. Ils s’etaient separes.

Arrives dans le jardin, les cinq hommes entendirent distinctement les coups presses que les assaillants frappaient contre la muraille. Ils s’embusquerent a portee de pistolet de l’issue, derriere des massifs d’arbres et de fleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *