Quant a claudine et a cornelius, ils se demandaient si les heures avaient des ailes

Le bonheur de Suzanne etait grave: elle avait beaucoup souffert; le bonheur de Claudine etait gai: elle avait toujours espere. La joie de l’une lui mettait des larmes dans les yeux; la joie de l’autre lui mettait le rire aux levres: c’etaient deux caracteres differents et deux ames jumelles. Rien ne pouvait distraire Cornelius et Claudine de leur tendresse; mais il arrivait parfois que les mains de Suzanne et de Belle-Rose se separaient, que leurs tetes, inclinees l’une vers l’autre, se fuyaient, que le mot d’amour begaye par leurs levres s’eteignait tout a coup. C’etait lorsque dans l’ombre des allees ils voyaient passer la grave et silencieuse Genevieve, blanche comme l’ivoire, avec ses yeux tout pleins de flammes. Elle etait bonne et souriante pour eux et venait souvent s’asseoir a leur cote durant de longues heures; mais chaque fois qu’elle partait, il semblait a Suzanne qu’elle etait plus pale et plus triste. Suzanne eut tout donne, hormis Belle-Rose, pour lui rendre le repos. Sa delicatesse allait jusqu’a eviter toute parole ou toute action qui aurait pu reveiller la douleur toujours vivante dans ce coeur blesse; elle s’en faisait une etude, et Genevieve, qui la devinait, l’embrassait au front en la nommant sa fille. Cette tristesse etait dans la vie de Suzanne et de Belle-Rose comme une epine dans un bouquet fleuri; mais ils s’efforcaient d’en adoucir l’amertume, et parfois ils amenaient un sourire sur le visage de la pauvre desolee. Un jour, Suzanne se suspendit en rougissant au cou de Belle-Rose et lui dit tout bas a l’oreille quelques mots qui firent tressaillir le soldat. Belle-Rose la prit dans ses bras et benit Dieu, les levres collees au front de sa femme. Ce jour-la, Mme de Chateaufort vit les jeunes epoux, et surprit le doux secret qui mettait un lien nouveau autour de leur vie.

A l’aspect du bonheur qui rayonnait sur leur visage, elle fremit de la tete aux pieds. –Que Dieu vous benisse dans votre maternite! dit-elle a Suzanne, les mains levees sur son front, et elle s’eloigna le ce site coeur gros de larmes. Quand Belle-Rose la vit si morne et si desolee, une voix interieure lui reprocha son inaction. Un instant le bonheur lui avait fait oublier le devoir. Il comprit ce qui lui restait a faire, et il se resolut de l’accomplir sur-le-champ.

Des le soir meme, il chercha la Deroute, qui s’amusait a faire des citadelles de gazon avec son ami Grippard et a les prendre d’apres toutes les regles de la strategie militaire. Il le trouva dans un coin du couvent qui venait d’ouvrir la tranchee devant un bastion. –He! la Deroute! l’eveque de Mantes arrive demain matin, nous nous arrangerons pour partir demain soir, lui dit-il. La Deroute culbuta le bastion d’un coup de pied et jeta son chapeau en l’air, en criant: Vive le roi! XLVI PAR MONTS ET PAR VAUX Depuis qu’il s’etait attache a la fortune de Belle-Rose, la Deroute avait pris gout aux aventures.

Lorsque, apres avoir mene quelque entreprise a bonne fin, il trouvait un asile convenable, il en usait comme Annibal usa de Capoue; mais il lui tardait bien vite de se retrouver aux prises avec les perils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *