Quand la conversation tombait sur les campagnes, terrain qu’au demeurant elle n’abandonnait guere, grippard se souvenait

Belle-Rose et la Deroute, par un accord tacite, evitaient de causer ensemble sur ce chapitre-la; ils redoutaient tous deux le choc de leurs impressions. Il en etait de meme entre Cornelius et Belle-Rose.

Malgre son flegme naturel, l’Irlandais ne pouvait entendre parler de bataille sans fremir d’impatience; son pays etait engage dans la cause de la France; il etait homme d’epee et le repos lui repugnait. Il y avait donc en ce moment-la, dans les murs de Sainte-Claire d’Ennery, quatre soldats que les memes ardeurs devoraient a des degres differents. Ils regardaient du cote de l’horizon, tout prets, sans se l’etre dit, a rompre leurs liens. Suzanne et Claudine pressentaient leurs resolutions, sans que Belle-Rose et Cornelius se fussent ouverts a elles. Elles se communiquaient leurs inquietudes, et, ne pouvant ni prevoir ni empecher les evenements, elles attendaient. Une derniere visite de M. de Pomereux precipita le denoument.

On etait alors a la fin du mois d’avril 1672. –Les equipages du prince de Conde sont prets, dit-il un matin; avant trois jours sa maison partira pour la Flandre. Tout le sang de Belle-Rose lui vint aux joues a ces paroles. –Ainsi, vous le suivez? dit-il. –Jusqu’a La Haye, s’il veut.

Belle-Rose rencontra les yeux de la Deroute qui luisaient comme des charbons ardents.

–La cour est prevenue, reprit le comte; le roi quittera Saint-Germain le 27 du mois; deja les fourgons sont en route, les relais prepares, et les mousquetaires ont pris les devants.

Le rendez-vous est a Charleroi. –A Charleroi! s’ecria la Deroute, dont tous les souvenirs se reveillerent a ce nom. –Je voudrais vous y voir, Belle-Rose, continua M. de Pomereux; la campagne promet d’etre belle, elle me le semblerait plus encore si nous la faisions ensemble.

Belle-Rose lui serra la main sans repondre, mais d’une si rude maniere que le comte ne douta pas un instant que le capitaine n’eut pris une resolution extreme. –Si vous avez besoin de moi, ajouta-t-il avec un sourire significatif, vous me trouverez jusqu’a demain a Chantilly. Quand M. de Pomereux eut quitte l’abbaye, Belle-Rose se tourna vers la Deroute, qui se mordait les levres pour ne pas parler. –La Deroute, lui dit-il d’un ton de voix profond, il faut que nous partions; il le faut! –Enfin! s’ecria le sergent avec explosion. –Je ne sais pas encore comment nous partirons, reprit Belle-Rose, mais je sais bien que, dusse-je sortir d’ici en passant sur le ventre de M. de Charny, j’en sortirai. –Sortir n’est rien, arriver est tout, observa le sergent. Cornelius survint sur ces entrefaites; il vit bien a l’air des deux interlocuteurs qu’ils agitaient une grave question. –Eh! monsieur de l’Irlande, s’ecria la Deroute, qui se plaisait a qualifier ainsi Cornelius dans ses moments de joie, c’est un complot qui s’ourdit entre nous. Je parie un ecu de six livres contre un sou que vous en serez.

–Il s’agit de partir, ajouta Belle-Rose. –J’y pensais, dit Cornelius.

Les deux paris click freres se serrerent la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *