–quand je te dis que tu l’es! regarde! il lui tendit l’_officiel_

Caboufigue prit le journal d’une main tremblante et ne parvint que peniblement a le lire. etonne, congestionne, il sonna ses gens et se fit faire du tilleul. En Provence, toutes les emotions les plus diverses n’ont qu’un meme cri: « Vite! du tilleul! » Si le feu prend a la maison, avant meme de demander l’eau pour l’eteindre, les commeres s’ecrient: « Vite, vite, du tilleul! qu’il y a le feu! » Caboufigue, apres avoir demande du tilleul, songea a appeler sa femme: « Melia! Melia! » Il perdait la tete. –On a beau ne pas la meriter, prononca Maurin, ca fait toujours plaisir! Enfin, oubliant grace a quelle humble influence il obtenait cette distinction inouie, convaincu de ses merites, emu par la grandeur cachee du symbole, Caboufigue parla en ces termes, d’une voix tremblante, quand toute sa maison fut rassemblee devant lui: –Certainement.

. . la Republique s’honore. . .

en couvrant de cette distinction purement honorifique. . .

un homme qui n’a jamais rien demande a personne. . . que l’honneur. . . que l’honneur. . . de contribuer pour sa part a la prosperite de son pays, par le commerce des bles et l’exploitation des alligators, comme aussi par le don gratuit et genereux que j’ai fait a diverses communes de statues et de fontaines, dans une region ou l’art et l’eau potable sont, comme on le sait, assez rares. . . Maurin l’interrompit: –Ne te fatigue pas!. . . Vive la Republique! Et a l’oreille de Cabissol: –ca le rehabilite! Caboufigue demanda a revoir sa lettre de desistement a la candidature de depute. . .

Il la relut avec douleur. . . Mais les engagements ne sont pas eternels. . . Il n’avait pas promis pour la legislature suivante.

. . Et, tout gonfle de mille emotions diverses, il se prit tout a coup a pleurer de vraies larmes. –Si ca te fait tant de peine que ca, affirma Maurin, tu sais, ca peut se rendre.

D’abord, tu n’as qu’a avouer toutes tes verites et tu te redeshonores. Si tu veux qu’on te la reprenne, tu n’as qu’a dire comment tu l’as obtenue. Mais Caboufigue n’entendait plus rien. Il se croyait roi de France et il l’etait bien un peu. Maurin revint avec Cabissol sur le continent, ou pullulent les gendarmes. CHAPITRE XLIII Ou l’on verra comment, sans l’aide de Maurin lui-meme, jamais gendarme n’eut arrete Maurin, et comment Parlo-Soulet repondit a cette monstrueuse arrestation par l’incongruite la plus monstrueuse et la plus sonore qui fut dans ses moyens. Tonia semblait tenir parole et ne plus vouloir rencontrer Maurin. Il avait beau roder aux environs des forets domaniales du Don, il ne l’apercevait jamais.

Cette disparition, habilete ou dedain, n’etait pas pour apaiser le violent chasseur. Ce qu’il avait eu de la Corsoise excitait en lui, avec l’esperance, une force de desir toute nouvelle. Le don Juan des Maures n’avait pas l’habitude de tant attendre.

Le pirate sarrasin qu’il etait, le sylvain primitif, retrouvait facilement d’ordinaire les chretiennes ou les nymphes qui drive master vaguent par les forets. Maurin pensait donc a Tonia plus que de raison, si bien qu’un jour il s’aventura tres proche de la maison forestiere.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *