Quand il rentra, un quart d’heure plus tard, la cage etait retrouvee, et il tenait par

Il les introduisit dans la cage: –Vous ne paierez pas le dedit, mon oncle; ces deux canards sont du Labrador, comme en temoigne cette magnifique plaque de cuivre reluisante que Catherine va fourbir encore. –Que veux-tu dire? interrogea anxieusement l’idealiste Pierre. –Je m’en doute! profera le bureaucrate Paul, que sa vie dans les mairies avait accoutume de longue date a ne s’etonner de rien et a tout prevoir.

–Je veux dire, repliqua l’arriviste Theodule (seize ans, l’age de la rhetorique, au temps aboli des humanites), je veux dire que vos canards du Labrador n’ont pas ete manges, puisque les voici,–et que je ne desespere pas de vous faire obtenir le prix de quatre mille balles! –Mon neveu, dit gravement l’ex-professeur de philosophie idealiste, cette substitution serait un odieux mensonge. –Mon oncle, repliqua l’ecolier Theodule, externe au college d’Auriol (seize ans, o Romeo, l’age de Juliette!), mon oncle, vos scrupules vous honorent. Voulez-vous, ou seulement pouvez-vous payer les deux cents francs de dedit? Le professeur, vaincu, courba la tete. –Non? reprit l’ecolier. Alors laissez-moi faire. Voyez-vous, mon oncle, vous appartenez a une generation tres coco (mille excuses), vous avez des idees prehistoriques, car elles datent d’environ sept ou huit ans. . . En ce temps-la les autos se mettaient a peine en mouvement.

Laissez-moi faire. Deux cents francs ne sont pas une bagatelle et quatre mille francs non plus! Je vais arranger vos affaires. Ce qui m’ennuie un peu c’est la preparation de ce diable de baccalaureat. Mais bah! il sera supprime dans peu de temps, et des lors les bacheliers reprendront dans la societe le rang subordonne auquel ils ont droit. Le sens pratique de la vie cree seul les superiorites sociales, c’est-a-dire celles que donne l’argent, comme cela est de toute justice dans une societe democratique et egalitaire fondee sur voir la page l’inegalite des savoir-faire.

Pierre d’Auriol, ahuri, se tut, faute de deux cents francs.

« Coin! coin! coin! » dirent les canards d’Auriol, nouvellement promus canards du Labrador. Et il faut convenir qu’ils n’avaient pas « l’accent ». Le lendemain, on les porta au comice agricole, dans la cage qui temoignait de leur provenance. Trois mois plus tard, a la veille de la distribution des prix, l’heureux exposant, leur maitre, apprenait par une indiscretion de journal qu’il avait obtenu, grace a eux, la grande medaille de 4,000 francs. –Quand je vous l’avais dit, mon oncle! –Mon neveu, dit l’oncle, les meilleures plaisanteries sont les plus courtes. Conduis-moi chez le president de la section des canards. Le neveu protesta. L’oncle resista. Ils partirent. Grace a l’impertinence de Theodule, qui savait parler de haut aux bas employes, on les introduisit dans la salle meme ou siegeait le comite de l’Exposition. La section des canards etait en seance.

Theodule alla dire quelques mots a l’oreille du president–qui n’etait autre que le prefet en personne. Le prefet se leva aussitot, tres visiblement trouble, pria son comite de deliberer sans lui et entraina Theodule et son oncle dans une salle voisine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *