Pourquoi, selon vos conventions avec le general, ne l’avez-vous pas prevenu de l’affaire d’aujourd’hui? –nous vous

–Bon, a l’improviste! Vous vous arrangerez comme vous pourrez avec Son Excellence le general en chef, je m’en lave les mains. –Treve de niaiseries, dit sechement don Antonio, voulez-vous oui ou non remettre a moi ou a ce caballero la lettre dont vous avez ete charge par le President pour nous? –Non, repondit nettement don Felipe, a moins que vous me fassiez un bon de dix mille piastres. C’est reellement pour rien, je suis un honnete homme, moi. –Hum! murmura a part lui l’aventurier; un autographe du senor Benito JuArez, c’est precieux en effet, je ne le marchanderais pas moi, si on me l’offrait. –Mais, s’ecria don Melchior, c’est un vol indigne que vous commettez en agissant ainsi. –Eh bien, apres? fit cyniquement don Felipe d’un ton d’ironie amer, je vole, vous trahissez, nous sommes partie a partie, voila tout.

A cette insulte qui leur tombait si brutalement en plein visage, les deux hommes se leverent. –Partons, dit don Melchior, cet homme est une brute qui ne veut rien entendre.

–Le plus simple est d’aller trouver le general en chef, site de l’entreprise ajouta don Antonio, il saura nous rendre justice, et nous venger de ce miserable ivrogne. –Allez, allez, mes chers seigneurs, dit le guerillero en ricanant, allez et bon voyage; je garde la lettre, peut-etre trouverai-je acquereur; je suis honnete homme, moi! A cette menace, les deux hommes echangerent un regard en portant la main a leurs armes, mais apres une hesitation qui eut la rapidite d’un eclair, ils hausserent dedaigneusement les epaules et sortirent de la salle. Au bout de quelques instants, on entendit au dehors le galop rapide de plusieurs chevaux qui s’eloignaient. –Les voila partis, murmura le guerillero en se versant un plein gobelet de mezcal qu’il avala d’un trait; ils decampent, ma foi, comme si le diable les emportait! Ils sont furieux! Bah! Cela m’est bien egal, j’ai garde la lettre. Tout en se parlant ainsi a lui-meme, le guerillero replaca son gobelet sur la table; soudain, il tressaillit: un homme enveloppe jusqu’aux yeux dans les plis redoubles d’un epais manteau se tenait immobile devant lui. Cet homme tenait de chaque main un revolver a six coups, dont les canons etaient diriges sur la poitrine du guerillero. Celui-ci fit un brusque mouvement d’effroi a cette vue a laquelle il etait si loin de s’attendre. –Hein? s’ecria-t-il d’une voix que l’emotion et l’epouvante faisaient trembler; quel est ce demon et a qui en veut-il? Ah! ca, mais je suis donc tombe dans un guepier, moi! La terreur l’avait degrise; il essaya de se lever pour s’enfuir. –Un mot, un geste, dit l’inconnu d’une voix sourde et menacante, et je vous brule la cervelle. Le guerillero se laissa lourdement retomber sur l’escabeau qui lui servait de siege. XXXIII ReGLEMENT DE COMPTE Cache derriere la porte du corridor, l’aventurier n’avait pas perdu un mot de ce qui s’etait dit. Lorsque don Melchior et don Antonio s’etaient leves, ignorant par quelle porte ils sortiraient, don Jaime avait en toute hate quitte le corridor, s’etait glisse dans le corral et blotti contre la haie il avait attendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *