Mme de chateaufort se retira dans la ville d’arras, ou depuis sa disgrace le duc avait

On sait que les deux epoux vivaient en grands seigneurs qui n’ont de rapports ensemble que pour les choses qui tiennent a leur etat dans le monde. Pierre, attache a la compagnie ou servait Belle-Rose, avait suivi l’armee a Tournai. Les operations du siege commencerent activement et la place fut investie le jour meme. Les efforts de l’artillerie furent tournes contre un fort qui commandait la place du cote du midi. Les assieges repondaient par un feu bien nourri aux attaques de l’armee francaise, et cherchaient a troubler ses operations par de frequentes sorties.

Mais la presence du roi augmentait l’ardeur des troupes, et l’on prevoyait deja l’instant ou la ville serait forcee de battre la chamade.

Pour en precipiter le moment, il s’agissait de miner un bastion dont la chute, en ouvrant le rempart, contraindrait le gouverneur de Tournai a parlementer. C’etait une expedition ou il y avait de grands dangers a courir, et qui demandait des hommes determines.

Belle-Rose, qui cherchait des occasions de se signaler, s’offrit de bonne volonte. –C’est bien, lui dit M. de Nancrais; choisis tes hommes, et si tu en reviens, tu reviendras capitaine.

Vers le soir, a la tombee de la nuit, Belle-Rose, accompagne de la Deroute, de Pierre et de quatre ou cinq autres sapeurs, sortit du chemin couvert et s’approcha des fosses en rampant sur la terre. Les premieres sentinelles qui l’apercurent tirerent sur lui; sans leur donner le temps de recharger leurs armes, il se mit a courir jusqu’au bord du fosse, ou il se laissa tomber. Belle-Rose paris click s’etait muni d’un sac plein d’etoupes qu’il avait coiffe d’un chapeau. Au moment ou les Espagnols allongeaient leurs fusils par-dessus le rempart, il jeta cette espece de mannequin dans le fosse. Il faisait sombre deja, et tous les soldats, trompes, firent feu dessus, a l’exception de deux ou trois. Belle-Rose sauta sur-le-champ; ceux qui n’avaient pas tire lacherent leurs coups, mais le lieutenant etait deja parvenu de l’autre cote et s’etait loge derriere un eboulement sans autre accident qu’une balle perdue dans ses habits. Les gens de Belle-Rose, couches dans les plis du terrain, attendaient son signal pour descendre. Quant a lui, sur de n’etre pas inquiete, il mit tout de suite la sape au rempart et travailla avec une telle ardeur, qu’en moins de deux heures il eut pratique une excavation ou deux hommes pouvaient tenir. Les Espagnols lui tiraient sans cesse des coups de fusil, mais les balles s’aplatissaient contre la pierre ou rebondissaient derriere lui; trois ou quatre d’entre eux avaient tente de joindre le mineur en passant par-dessus le rempart; mais Pierre et la Deroute avaient tue les deux premiers: un autre, atteint a la cuisse, etait tombe dans le fosse, ou il s’etait casse les reins; le quatrieme avait ete frappe par Belle-Rose lui-meme au moment ou il mettait le pied sur le sol. Apres ces tentatives, si mal terminees, les Espagnols se tinrent prudemment derriere le mur. Belle-Rose siffla doucement. A ce signal dont ils etaient convenus d’avance, la Deroute et Pierre accoururent ensemble au bord du fosse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *