Mais il n’y a rien de persistant comme la volonte de l’homme qui veut sauver son

C’etait un tableau d’un effet saisissant que ce groupe forme sur cette route deserte pendant cette nuit calme et lumineuse, au pied de cette croix, signe de redemption, par ces deux hommes dont l’un pousse par le saint amour de l’humanite s’acharnait, s’il est permis de parler ainsi, a prodiguer a l’autre les soins les plus fraternels.

Dominique cessa un instant ses frictions et il ce site se frappa le front comme si une pensee subite venait tout a coup de surgir dans son cerveau. –Ou diable ai-je donc la tete? murmura-t-il, et fouillant dans ses alforjas qui semblaient inepuisables, tant elles contenaient de choses, il en retira une gourde bouchee avec soin. Il entr’ouvrit avec la lame de son couteau les dents serrees du blesse, lui introduisit, apres l’avoir debouchee, la gourde entre les levres, et lui versa dans la bouche une partie de ce qu’elle contenait, tout en examinant son visage avec anxiete. Au bout de deux ou trois minutes, le blesse frissonna faiblement, et ses paupieres remuerent comme s’il eut essaye de les ouvrir. –Ah! fit Dominique avec joie, cette fois, je crois que j’en aurai raison. Et deposant la gourde pres de lui, il recommenca les frictions avec une nouvelle ardeur.

Un soupir faible comme un souffle s’exhala des levres du blesse, ses membres commencerent bientot a perdre un peu de leur raideur; la vie revenait doucement. Le jeune homme redoubla d’efforts; peu a peu la respiration bien que faible et entrecoupee se fit plus distincte, les traits se detendirent et les pommettes des joues se plaquerent de deux taches rouges; bien que les yeux demeurassent fermes, les levres du blesse s’agitaient comme s’il eut essaye de prononcer quelques paroles. –Bah! fit Dominique avec un accent joyeux, tout n’est pas fini encore, il sera revenu de loin, s’il en rechappe, bravo! Je n’ai pas perdu mon temps! Mais qui diable lui a donne un si furieux coup d’epee? On ne se bat pas en duel au Mexique. Sur mon ame! Si je ne craignais pas de lui faire injure, j’assurerais presque que je connais l’homme qui a si joliment decousu ce pauvre malheureux; mais patience, il faudra bien qu’il parle, et alors il sera bien fin si je ne sais pas a qui il a eu affaire.

Cependant, la vie, apres avoir longtemps hesite a rentrer dans ce corps qu’elle avait presqu’abandonne, avait commence une lutte serieuse contre la mort qu’elle obligeait de plus en plus a se retirer; les mouvements du blesse devenaient plus accentues et surtout plus intelligents: deux fois deja ses yeux s’etaient ouverts pour se refermer presqu’aussitot il est vrai, mais le mieux devenait sensible; il ne tarderait pas a reprendre connaissance, ce n’etait plus qu’une question de temps. Dominique versa un peu d’eau dans un gobelet, y mela quelques gouttes de la liqueur contenue dans la gourde, et approcha le gobelet de la bouche du blesse; celui-ci ouvrit les levres et but, puis il poussa un soupir de soulagement.

–Comment vous sentez-vous? lui demanda le jeune homme avec interet.

Au son de cette voix inconnue, un fremissement convulsif agita tout le corps du blesse; il fit un geste comme pour repousser une image effrayante et murmura d’une voix sourde: –Tuez-moi! –Ma foi non! s’ecria joyeusement Dominique, j’ai eu trop de peine a vous ressusciter pour cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.