Maintenant, laissez-moi partir! mme de chateaufort se leva effaree et tout en pleurs; ses yeux rayonnaient

–Partir! s’ecria-t-elle; mais je vous aime! XIII UN SERPENT DANS L’OMBRE Belle-Rose ne partit pas, le premier anneau de la forte et brulante chaine de la volupte etait rive a son coeur. Il marchait ebloui dans un sentier fleuri tout seme de ces enchantements qui naissent sous les pas de la beaute, de la jeunesse et de l’amour. Sur ces entrefaites, une lettre lui parvint, ecrite par Cornelius Hoghart; elle lui mandait que M. de Villebrais, remis, contre toute attente, des suites de sa blessure, activait les poursuites dont lui Belle-Rose etait l’objet; que M. d’Assonville, apres avoir recu un coup de paris feu dans un engagement avec des maraudeurs sur la frontiere, venait de quitter ses cantonnements; on le croyait parti pour Paris dans l’intention de consulter des chirurgiens plus habiles que ceux de son escadron. Quant a Claudine, elle etait a la campagne aupres de sa maitresse, que M. d’Albergotti avait conduite chez Mme la duchesse de Longueville, avec qui il s’etait lie d’amitie au temps de la Fronde.

Cornelius Hoghart promettait a son ami de suivre les demarches que tenterait M. de Villebrais aupres de la justice, et de l’informer des particularites qui pourraient l’interesser. Belle-Rose serra la lettre apres l’avoir lue, soupira peut-etre, apercut Mme de Chateaufort qui s’avancait vers lui et n’y pensa plus. Souvent Belle-Rose et Genevieve s’egaraient dans le parc, aux bras l’un de l’autre, s’asseyaient aux endroits les plus solitaires, suivaient les sentiers les plus ombreux et laissaient s’eteindre le jour et commencer la nuit, sans compter les heures: l’amour tenait le sablier. Mais depuis deux ou trois jours, ou qu’ils fussent, ils n’etaient pas seuls. Un homme attentif et muet epiait leur course et, lorsque arrivait la nuit, s’attachait a leurs pas.

Cache dans les fourres du parc, rampant sur la mousse des allees, blotti sous les buissons touffus, il guettait leur approche et semblait attendre, patient et silencieux comme le tigre, une heure propice pour un dessein mysterieux. Mais dans les profondeurs du parc, entre les charmilles des jardins, on entendait la voix des gardes et des valets qui se repondaient, et le moindre son faisait disparaitre sous le feuillage la tete de cet homme un instant sorti du milieu de son rempart de verdure. Parfois, tandis que les deux amants s’enfoncaient au plus epais du parc, un bruit de branches ecrasees sous un pied invisible interrompait le silence. Belle-Rose, habitue par les veillees du bivac a percevoir les sons les plus confus, tournait la tete. –C’est un chevreuil qu’effarouche le bruit d’un baiser, disait Mme de Chateaufort en haussant ses levres vermeilles. Plus loin, le regard du soldat croyait voir, entre les massifs du bois, fuir une ombre rapide; mais avant qu’il en put distinguer les contours, l’apparition s’etait evanouie.

–Vous voyez des fantomes et ne voyez pas mon sourire, reprenait son amante. Un soir, ils arriverent a un endroit du parc ou le mur de cloture faisait un angle. A la pointe de l’angle, sous des touffes de lierre et de clematites, une porte s’ouvrait sur la campagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *