Le mobilier modeste de sa chambre a coucher et de son boudoir fut completement change

Se ressouvenant du faste excitant de son alcove de courtisane, elle s’entoura de meubles bas et moelleux qui enlacent comme des bras voluptueux, de tissus syriens, de tapis de Karamanie et de peaux mouchetees de tigre ou fretillent les pieds nus tendus aux baisers vibrants. Des parfums brulerent continuellement dans des cassolettes aux riches ciselures et des brassees de roses blanches melerent leur dernier souffle aux tiedeurs des troncs d’arbres crepitant dans la haute cheminee. La toilette de son fils l’occupait aussi enormement.

Elle disait: ca n’est pas chic, ou, ca t’habille bien; cette redingote fait des plis dans le dos, ou, ce veston te sangle bien. Elle lui faisait la raie et lui passait ses moustaches au cosmetique tout comme a ses amants de coeur du temps qu’elle etait entretenue par des financiers obeses. Parfois, le soir a des heures indues, elle l’appelait dans sa chambre a coucher, et la, aux clartes vacillantes des bougies roses, son corps sculptural a peine abrite par la chemise de batiste aux echancrures hardies, se campant d’aplomb devant la haute glace de son armoire en bois des iles et faisant saillir ses seins eblouissants et la courbe insolente de ses reins de statue elle disait a son fils, avec des regards incitants: –N’est-ce pas que je suis belle encore! N’est-ce pas que tu serais fou de moi si je n’etais pas ta mere? Puis elle riait aux eclats en faisant scintiller la splendeur eburneenne de ses dents de fauve.

Nonchalante, enlacante, onduleuse et feline, elle venait s’asseoir sur les genoux de Philippe, qui, la rougeur au front et de la luxure inconsciente dans l’oeil, osait a peine la regarder. Apres avoir pendant quelques minutes tortille les moustaches de son fils, baise ses levres palies et ses cheveux soigneusement calamistres, elle se roulait sur la peau de tigre qui lui servait de descente de lit, croquait quelques biscuits, vidait d’un trait un verre de porto, puis d’un bond de gazelle ce site s’elancant sous les draps bordes de points d’Angleterre, elle fermait delicieusement ses paupieres lisses aux cils longs et frisottants, disant avec un leger remuement de levres: –Allez vous coucher, monsieur, il est tard et j’ai sommeil! Quant au pauvre petit coeur de Philippe et a ses nerfs revoltes, leur tranquillite etait definitivement troublee.

Il partait souvent, avant l’aurore, sur des chevaux retifs, par les plaines, sans trop savoir le but de ses courses aventureuses, ou il allait tirer les canards sauvages pendant des journees entieres dans des marais typhoides. Inquiet, fantasque et irritable, il cherchait depuis quelque temps des motifs ridicules de facherie a sa mere, disant que cette vie d’oisivete finissait par l’exasperer, que c’etait honteux pour un jeune homme de son age, qu’il retournerait au regiment _pour sur_! Puis, c’etaient des scenes attendrissantes, des larmes, des pardons implores, des protestations d’amour filial suivis de longues caresses et de baisers pames sur la bouche. IV Ce jour-la, ils avaient dine–une fantaisie de la Faenza–dans le petit boudoir tendu de satin mauve.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *