La ternissure du jour choit vers les trottoirs ou la pluie a laisse des marbrures sombres

Il pullule des passants silencieux et le bruit de leurs pas a d’inquietantes sonorites qui vibrent. Les fillettes etreignent leurs corsets emmaillotes de journaux; elles trottinent, blemes, la main crispee sur le louis d’amour. –Enloques de velours flasque, jauni, les travailleurs se dandinent, lourds. Et les chaussures bossuees des bureaucrates luisent seules dans le pianissime des teintes fades. Sur les rails noirs, les tramways glissent sans tapage au trot des petits chevaux qui s’agitent dans les traits laches, tandis que des gamins au teint vert etouffent tous les tumultes par la ce site psalmodie continue de leurs voix aigres: « Demandez _le Petit Nord_ », et passent, rapides, decollant de leur pouce ensalive les feuilles humides du journal. Imperieusement, un roquet aboie. CONCERTO Le beffroi carillonne ses notes hesitantes. Des heures.

Elles tombent lourdes de sa couronne en pierres, de sa couronne fermee comme celle des princes.

Au pinacle de l’edifice, que noircirent les ages, le lion heraldique dresse mire le soleil en ses flancs d’or. Et les maisons sont coiffees de faites a gradins; et dans l’angle supreme des facades les oeils-de-boeuf semblent voir. Vieille cite flamande. * * * * * Sous les panonceaux, portant en lettres vertes: « Robes et Confections », Sous l’exergue brillant du magasin: « A la Dame-d’Honneur », Elles jacassent les petites couturieres, les petites couturieres engainees de minces robes noires. Elles jacassent et elles sautillent–et leurs bras greles; et leurs saclets en cuir roussi. Et leurs echines se penchent devant la vitrine, leurs echines qui font luire les corsages par places.

Admirations pour les toilettes de Paris tendues sur les mannequins rigides. Deux a deux arrivent les retardataires, deux a deux. Une a une. Et la derniere vetue de rouge, elle court. Elle court la main soutenant sa tournure qui sursaute.

Elle court, ayant sa frimousse encore moite du lit, et les meches noires de sa chevelure croulant malgre la morsure du peigne. D’un rire elle salue, tandis que des friandises, en sa bouche, lui gonflent la joue. Elle salue d’un rire sans pensee. Et les petites couturieres se pressent dans le couloir de l’atelier.

La grande salle claire. La grande salle claire ou plane l’aigre puanteur des failles neuves.

Elles s’installent; et elles se bousculent; et des claques malicieuses rebondissent sur les omoplates en saillie, sur les croupes futures.

Des disputes crevent pour occuper les meilleures places, tres loin du poele ou chauffent les fers, tres loin de la coupeuse surveillante qui taillade sans fin des etoffes de toutes nuances sur le transparent jaune du modele.

Et s’inclinent, les tetes attentives, sur les doublures a faufiler, les tetes attentives des petites couturieres si bien coiffees. Agilement s’agitent les minces doigts, piques noir par l’aiguille. Et les bavardages piaillent. Des potins d’amour.

Aux frisures brunes s’emmelent des frisures blondes; et les cheveux echappes des tempes tremblotent a l’haleine des confidences chuchotees.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *