La note ci-jointe expliquera a vous, madame, et a qui de droit l’affaire dont il s’agit

« Veuillez agreer l’hommage le plus respectueux de votre humble serviteur. « MAURIN dit _Maurin des Maures_. « Mon adresse: _chez M. Rinal, medecin principal de la Marine en retraite, Bormes_ (_Var_).  » Quand M. Cabissol a qui, bien entendu, Maurin des Maures ne donna sur ses relations avec la dame que les renseignements les moins confidentiels, lui eut relu a haute voix cette lettre a deux reprises: –Noum de pas Diou! dit Maurin, je parle comme un livre! La, voui, que je parle bien! Si elle ne repond pas comme nous le desirons, c’est qu’elle n’a rien dans la poitrine! Mais elle repondra. Si vous saviez, elle etait si gentillette! Elle dessinait comme un ange! Elle me mettait dans tous ses tableaux. Une fois, elle m’a habille en saint Jean dans le desert avec une peau de chevre sur mon dos tout nu. . .

–Tranchons le mot, dit M. Cabissol en riant: vous l’aimiez! –Oh! dit Maurin evasivement, moi, vous savez, depuis mon enfance, je les ai toujours aimees toutes! Je la regardais comme une sainte Vierge dans un oratoire. Je la menais en barque. C’etait un beau temps. . le site

. Mais passez-moi la plume. Je vais lui mettre un peu de signature. Il prit la plume gauchement: –C’est moins lourd qu’un calibre douze! dit-il et il signa maladroitement: « Maurin des Maures.  » Huit jours plus tard les promotions de janvier paraissaient a l’_Officiel_, par ordre alphabetique. –Chevaliers de la Legion d’honneur: « _Alexandre-Marius-Attila-Cesar Caboufigue_, armateur et explorateur, services exceptionnels. –Sacrebleu! dit en riant le prefet a Cabissol, si j’avais su que ca n’etait pas une plaisanterie, j’aurais prefere serieusement employer pour moi-meme le credit de Maurin; je serais officier! Quant a Maurin, il se dit simplement: –Je l’aurais parie, mais ca ne me flatte guere, pourquoi je devine qu’elle a eu peur que je parle trop, la petite coquinette! Et ca m’offense! Et quand M.

Cabissol lui fit remarquer les mots « services exceptionnels »: –Je le crois bien, dit-il, tout le monde n’eleve pas des crocodiles! Il s’en alla, l’_Officiel_ a la main, annoncer la nouvelle enorme a Caboufigue. Cabissol, toujours curieux, avait demande a etre de la partie. Ils freterent une embarcation au Lavandou, et en route pour Porquerolles! –Tu m’as promis, dit Maurin a Caboufigue, de renoncer a toute candidature si tu etais decore? –C’est entendu, confirma Caboufigue. –Monsieur est venu pour temoin, dit Maurin, et tu vas nous ecrire une lettre qui t’engage un peu comme il faut, a ne pas etre candidat a la deputation. Cabissol sortit de sa poche la lettre qui etait toute preparee. –Mais qui me garantira? –Notre parole.

Signe! Caboufigue effare, decontenance, signa. –Alors, voici, dit Maurin, la chose que je t’ai promise. Et tirant de sa poche un ruban rouge dont il s’etait muni, il l’attacha gravement a la boutonniere de Caboufigue. –Je comprends la plaisanterie, dit Caboufigue, mais si jamais la chose devient veritable, il ne sera pas necessaire d’en apporter une. J’en ai achete deux douzaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *