La grande salle claire ou plane l’aigre puanteur des failles neuves

Elles s’installent; et elles se bousculent; et des claques malicieuses rebondissent sur les omoplates en saillie, sur les croupes futures.

Des disputes crevent pour occuper les meilleures places, tres loin du poele ou chauffent les fers, tres loin de la coupeuse surveillante qui taillade sans fin des etoffes de toutes nuances sur le transparent jaune du modele. Et s’inclinent, les tetes attentives, sur les doublures a faufiler, les tetes attentives des petites couturieres si bien coiffees. Agilement s’agitent les minces doigts, piques noir drive master par l’aiguille.

Et les bavardages piaillent. Des potins d’amour. Aux frisures brunes s’emmelent des frisures blondes; et les cheveux echappes des tempes tremblotent a l’haleine des confidences chuchotees. Les dos palpitent par saccades, en une grande envie de s’esclaffer. Et la quinte des rires trop longtemps contenue resonne. Elle resonne, elle monte dans la grande piece claire; elle etouffe la cliquetante mastication des ciseaux. Et des restes de pudeurs rougissantes se cachent dans la claire-voie des mains ramenees sur le visage, des mains blanches aux minces doigts, piques noir par l’aiguille. Et la joie met en danse les seins greles perdus dans l’ampleur du merinos. Une joie qu’elles lachent au nez des garcons, une fois sorties. Au nez des jeunes garcons, qui les rattrapent et les embrassent, les petites couturieres, bien contentes, sous les grandes portes. Mais ils les abandonnent soudain, les jeunes garcons, a l’aspect terrifiant d’un chapeau haute forme. * * * * * Le beffroi carillonne ses notes hesitantes.

Cinq heures. Elles tombent lourdes de sa couronne en pierres, de sa couronne fermee comme celle des princes.

* * * * * Aux bosselures du pavage, cahotent les coupes deteints des hobereaux en visite.

La « Dame-d’Honneur » tressaille.

Elle tressaille de ses escaliers qui trepident sous l’avalanche des petits pieds. Les petits pieds des grisettes qui envahissent le trottoir. Et les unes, gourmandes, deroulent des papiers gras receleurs de charcuteries. Et les autres assaillent la voisine epicerie et chipent des cornichons dans le baril ou plonge une grosse cuillere en bois. Mais la petite rouge, non rieuse, reste immobile. Un doigt dans la bouche, attentive, ecoutante. Au loin ronronne un etrange bruit. Un etrange bruit ou se mele le titillement d’un grelot. Cela grandit, enfle et ronfle. Brille sur la chaussee un bicycle, un bicycle dont les orbes dardent de pales etincelles. La haut, un ephebe juche.

Et ses cuisses se moulent dans un collant gris de perle et ses mollets en de superbes guetres jaunes. Elles se sont tues les petites couturieres. Elles se sont tues et elles le contemplent. Seule, la petite rouge continue rire et narrer. Seule.

L’ephebe avec un geste de calme souplesse a saute de son vehicule. Se dirige vers la ruelle du Palais.

La petite rouge quitte ses compagnes et penetre sournoise dans la ruelle du Palais. * * * * * Au pinacle du beffroi que noircirent les ages, le lion heraldique dresse mire le soleil en ses flancs d’or.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.