Il s’ensommeille, heureux de cette torpeur, contrarie seulement de la prevoir trop breve

Plus rien. Longtemps. Et des souvenirs se cherchent, s’unissent. Une a une s’eliminent les perceptions flottantes du reve, elles laissent place a de plus reels fantomes. Se retracent l’orage, l’accident. Une inquiete avidite de savoir si on pense a lui eveille ephraim. Il ecoute et il regarde: nul pas, nulle voix, nul etre. Une bleuatre clarte ruisselle par les murs, par les steles, par les sarcophages, par les colosses qui se dressent rigides, les poings colles aux cuisses, dans une attitude de violence resolue. Et sur le parquet ces masses se drive-master.com projettent en grandes ombres nettes. Clair de lune. Appeler, le juif n’ose: peut-etre l’emprisonnerait-on pour avoir dormi la, car on en veut toujours a la race d’Adonai. –A se voir dans cette antique egypte, un effroi le saisit.

Sa haine des persecuteurs fut adulee depuis l’enfance. Il voua surtout de vindicatives coleres a ces egyptiens que, tout jeune, il criblait de coups de crayon sur les images de la Bible.

Maintenant, seul parmi toutes ces figures enormes et surplombantes, il redoute, lui si infime, des vengeances, des niches surnaturelles de gnomes outrages. Il se tasse sur lui-meme et frissonne; mais l’oeil tres large d’un dieu le fixe, froid, immobile.

Dans le vide du musee, continument, une sonorite fantastique vibre, creuse et sourde. Et il parait au fond de la salle que les sphinx et les sarcophages avec leurs theories de pretres graves s’approchent lentement et s’assemblent, dans un rythme de marche funeraire.

Une angoisse.

Au dehors, un nuage qui passe ombre tout. Le cul-de-jatte s’estime encore plus abandonne sans cette lumiere qui espionnait en sa faveur. Il s’affole a l’apprehension tenace de sentir sur ses epaules des chocs glaces, des etreintes inebranlables et lisses. Mais de nouveau la lumiere bleute le musee. Les monstres ne se sont point mus. IV Sa betise devient evidente a ephraim: ces affreux magots ne s’imposent que ridicules.

Certainement, les sculpteurs travaillent bien mieux aujourd’hui; et les anciens etaient des imbeciles, ignorant l’art tout a fait. Ce jugement severe le raffermit en la confiance de soi. Une statuette de marbre appuyee au mur adverse s’offre tres elegante avec ses formes graciles, son corps svelte, sa taille de fillette et ses petits seins pointus. Par dommage, une tete de tigresse y culmine; et cette stupide deformance gate tout l’ensemble de la fluette membrure. A contempler dans ses plus fines rondeurs le menu des hanches; a suivre les volutes derobees de la gorge et les cambrures des flancs aux plis courts, un erotique appetit s’accroit en ephraim.

Et s’evoque la serie des femmes qu’il posseda. La derniere, Madame Jules, l’epouse d’un ouvrier, d’un camarade, auquel il a prete deux cents francs. Elle se livra, pitoyante un peu pour sa timidite d’infirme, certaine aussi d’obtenir une prolongation d’echeance. Et cette echeance retombe demain; il songe a l’emploi de cette rentree. Selon l’avis du medecin, son metier de graveur le tue.

Souvent des crises de toux le torturent, et la douleur lui raidit le dos comme si une plaque de plomb s’appliquait entre ses epaules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *