Il prit les revolvers, les fit disparaitre sous sa robe, s’empara du couteau, puis il toucha

Si leger qu’eut ete cet attouchement, il suffit cependant pour eveiller don Melchior. Il ouvrit aussitot les yeux et etendit le bras vers la table par un mouvement machinal.

–C’est inutile, lui dit froidement drive-master.com Olivier, les armes n’y sont plus. Au son de cette voix bien connue, don Melchior se redressa comme pousse par un ressort, et fixant un oeil hagard sur l’homme immobile devant lui: –Qui etes-vous? lui demanda-t-il d’une voix etranglee par l’epouvante. –Ne m’avez-vous donc pas reconnu deja? repondit railleusement l’aventurier. –Qui etes-vous? reprit-il.

–Ah! Vous voulez une certitude, soit regardez! Et il rejeta son capuchon sur ses epaules. –Don Adolfo! murmura le jeune homme d’une voix sourde. –Pourquoi cet etonnement? repondit l’aventurier toujours railleur; ne m’attendiez-vous pas? Vous deviez cependant supposer que je viendrais vous trouver. Don Melchior demeura un instant comme perdu dans ses pensees. –Soit, dit-il enfin; apres tout, mieux vaut en finir une fois pour toutes; et il retourna s’asseoir tranquille et insouciant en apparence sur le bord du hamac. Olivier sourit. –A la bonne heure, dit-il, je prefere vous voir ainsi; causons, nous avons le temps. –Vous ne venez donc pas dans le but de m’assassiner? dit-il avec ironie.

–Oh! Quelle mauvaise pensee avez-vous la, cher seigneur! Moi porter la main sur vous! Oh, non! Dieu m’en preserve, ceci est l’affaire du bourreau, je me garderai bien d’aller sur les brisees de cet estimable fonctionnaire. –Le fait, s’ecria-t-il impetueusement, c’est que vous vous etes introduit chez moi comme un malfaiteur, sous un deguisement, pour m’assassiner sans doute. –Vous vous repetez, ceci est maladroit; si je suis venu deguise chez vous, c’est que les circonstances exigeaient que je prisse cette precaution, voila tout; d’ailleurs je n’ai fait que suivre votre exemple; et changeant subitement de ton, a propos, ajouta-t-il, etes-vous satisfait de JuArez? Vous a-t-il bien paye votre trahison? J’ai entendu dire que c’etait un Indien assez avare et assez mesquin; il se sera contente de vous faire des promesses, n’est-ce pas? Don Melchior sourit avec dedain. –Est-ce pour me debiter ces pauvretes que vous vous etes introduit si secretement pres de moi? repondit-il. L’aventurier se leva, saisit un revolver de chaque main, fit un pas en avant et le toisant avec un indicible mepris: –Non, miserable, s’ecria-t-il d’une voix tonnante, je suis venu pour vous bruler la cervelle si vous refusez de me reveler ce que vous avez fait de dona Dolores, votre soeur. XXI LES PRISONNIERS Il y eut pendant quelques secondes un silence plein de menace. Les deux hommes etaient debout en face l’un de l’autre, se toisant du regard. Ce silence, ce fut don Melchior de la Cruz qui le premier le rompit. –Ah, ah, ah! fit-il en eclatant d’un rire strident et en se laissant retomber sur le bord du hamac.

Avais-je donc si grand tort de vous dire, cher seigneur, que vous vous etiez introduit chez moi pour m’assassiner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *