Il parait meme que bientot le sexe faible la disputa au sexe fort, la gentille bouquetiere

L’une voulait remplacer ses chaussettes d’estame par des bas de soie fine; l’autre la comblait de presents en chrysocale; une troisieme la faisait calamistrer par son coiffeur.

.

. –Et ce fin mot? interrompit Hanser avec un baillement ironique. –Oui, ce fin mot, repercuta de Tretel. –Pas d’interruptions! commanda Blanche. –Nous y arrivons, messieurs: A dix-sept ans, la bouquetiere se laissa enlever par un etudiant exotique quelconque.

Elle frequenta Bullier, le restaurant Boulant et l’arbre de Robinson. Il serait superflu de la suivre a travers les diverses etapes qui constituent l’histoire banale de.

. . –Vous toutes, mesdames, interrompit de nouveau le financier metteur-dans-le-plat. –Malhonnete! dit Blanche.

–Idiot! fit Leonie. –Veau! gronda Julia. Le narrateur feignit l’indignation: –Je reprends, monsieur Hanser, vous m’avez empeche de placer un mot spirituel. –. . . Il serait superflu de la suivre a travers les diverses _etapes_ qui constituent l’histoire banale de toute jolie fille dont la vertu rend les clefs a la premiere sommation d’une agrafe diamantee; neanmoins il faut croire qu’elle _les_ brula, car la haute galanterie parisienne ne tarda pas a s’enrichir de Mademoiselle OEil-Chinois, une rousse adorablement evaporee et fringante comme une cavale de race.

–Brula quoi? demanda Julia. –Les etapes. –Les etapes? Ah! bien.

Hanser trouva le mot faible. De Tretel le nota pour le repeter a son cercle. –. . . Gimary qui venait de se brouiller avec la petite Louisette, des Nouveautes, rencontra un soir OEil-Chinois a l’Hippodrome. La folle rousse etait ravissante, tout en noir, coiffee d’une mantille a la milanaise. Gimary fut tres empresse et finit par faire des propositions quasi-officielles. Au moment le plus pathetique de la declaration, OEil-Chinois qui n’avait pas cesse d’examiner avec une curiosite narquoise le crane de Gimary, dont la calvitie est legendaire, dit sur un ton de serieux imperturbable: « Eh ben, vous avez un joli genou, vous.  » Cette espieglerie ne decouragea pas l’amoureux; et, au bout d’une cour assidue de plus d’un mois, la misericordieuse enfant finit par accepter un joli petit hotel rue Daubigny, richement meuble de l’ecurie aux mansardes. On parla beaucoup d’un lit a colonnades dont les draperies avaient coute pres de quinze mille francs. Eh bien, il parait que le malheureux Gimary n’a jamais couche dans ce lit-la. De Tretel gloussa un rire meprisant, se trouvant fort superieur. –. . . L’amoureux crut d’abord a un caprice passager; puis il s’exaspera. Il se trouvait ridicule. Rompre? Mais comment, quand on est fou de desir et de depit? La cause de cette rigueur inaccoutumee? Sans doute un rival. Un amant de coeur, etudiant, ancienne connaissance du quartier Latin, un cabotin, un bookmaker, un rapin de Montmartre. . . Il espionna longtemps sans resultat. Enfin, il finit par decouvrir que l’inhumaine se rendait frequemment dans une maison de la rue Pasquier.

Les scrupules de la concierge capitulerent devant une liasse drive-master.com de billets de banque et, un apres-midi, Gimary put penetrer dans l’entresol a gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *