Il n’avait pas envie de rire et il ne lui vint pas a l’esprit de plaisanter

Quand il eut fini son explication: –Si vous aviez pris notre conseil, dit Alessandri, vous n’auriez pas fait tuer un de vos hommes. Maurin, a ce moment, fut indigne.

Il ne vit pas Tonia, qui accourait derriere lui, tout essoufflee, la main sur sa poitrine haletante, et il cria, tourne furieusement vers le gendarme Alessandri: –Oh! bougre d’ane, vous me feriez dire! (pardon, excuse, monsieur le maire) mais aussi, c’est trop fort!. . . J’ai fait toute la besogne de ces individus (il designait les gendarmes)! J’ai arrete un des trois coquins qu’ils poursuivaient si joliment, il y a deux jours, avec le derriere sur la chaise, dans l’auberge des Campaux; sans moi ils n’auraient pas ete fichus seulement de deviner ou le gibier etait cache. On les a fait prevenir hier de notre expedition;–la balle qui a tue l’homme m’a troue la veste;–et voila ma recompense! Vous me faites suer, tenez! Vous etes encore, vous autres, comme les gardes champetres qu’on charge d’arreter les chiens enrages. Des enrages, ils en ont peur, ils n’arretent que les braves chiens de leur connaissance. Vous avez donc bien besoin d’un proces-verbal, a cette heure? Il vous en faut, pas vrai, a votre moment, pour avoir de l’avancement?.

. . On connait la farce! mais Maurin est un homme, vous entendez! ici Et quand il a pour lui l’idee qu’il est dans la justice, il se fiche un peu des juges! Voila, si vous voulez la connaitre, mon opinion en quatre paroles, espece d’enfarine! Vainement le maire s’efforcait de calmer Maurin.

On ne calmait pas Maurin. Quand il roulait sa colere, c’etait comme le torrent roule ses cailloux. Et ca allait jusqu’au bout. Alessandri allait repliquer, et Maurin, hors de lui, lui aurait fait un mauvais parti–dont son ennemi comptait bien tirer avantage–quand Tonia dit, tout d’une haleine: –J’apporte de grosses nouvelles, mon pere. Un homme vient d’arriver a la maison forestiere, et voici ce qu’il a dit:–« Le prefet demande a Maurin une battue au sanglier dans les forets du Don. Il y aura un general et d’autres personnages qu’il a nommes, un senateur et deux autres messieurs, qui sont deputes. Et il parait aussi que, pour l’affaire des chevaux, Maurin ne sera pas puni, parce qu’il a fait ca pour rire et qu’il faut qu’on n’y pense plus. . . Maurin devra faire dire le plus tot possible au prefet, par vous, mon pere, ou par M. le maire, quel jour il choisit pour la battue, et dans quel endroit elle se fera.

 » Tonia etait ravie de se faire pour Maurin le messager de ces bonnes nouvelles. Elle etait toute rouge d’avoir couru, et ses yeux brillaient de plaisir. Tout cela signifiait que la Republique francaise traitait de puissance a puissance avec le roi des Maures. Alors Alessandri et Maurin se regarderent.

Et ce fut tout. Seulement le regard de Maurin etait plein de moquerie, celui de Sandri, le Corse, charge de haine. On descendit vers la maison forestiere, en silence. Quant aux deux bandits qu’on n’avait pu capturer, ou les chercher a present? Cela redevenait plus particulierement l’affaire des gendarmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *