Il fut donc eleve comme s’il eut ete reellement fils legitime, d’autant plus que dona lucia

–Ah! Ah! fit le comte, je commence a entrevoir la verite. –Tout alla bien pendant plusieurs annees, don Melchior, fort bien traite par son pere, en arriva peu a peu a se persuader qu’a la mort de don Andres la fortune paternelle lui reviendrait en effet; mais il y a un an environ, mon maitre recut une lettre a drive-master.com la suite de laquelle il eut, avec son fils, une longue et serieuse explication. –Oui, oui, cette lettre lui rappelait les projets de mariage convenus entre ma famille et la sienne et mon arrivee prochaine. –Probablement, seigneurie; mais rien ne transpira de ce qui s’etait passe entre le pere et le fils, seulement on remarqua que don Melchior, qui n’a pas positivement un caractere gai, devint, a partir de cette epoque, sombre et acariatre, recherchant la solitude et ne parlant meme a son pere que lorsqu’il y etait absolument contraint; lui, qui ne faisait que de courtes et rares excursions au dehors, commenca a prendre un gout effrene pour la chasse, et se livra a des courses qui souvent duraient plusieurs jours; votre arrivee subite a l’hacienda, lorsque sans doute il esperait encore ne jamais vous voir, augmenta dans des proportions effrayantes ses mauvaises dispositions, et je suis convaincu que desespere de voir lui echapper sans retour l’heritage que, depuis si longtemps il convoite, il n’hesitera devant rien, serait-ce un crime, pour s’en emparer. Voila seigneurie, ce qu’il etait, je le crois, de mon devoir de vous apprendre; Dieu sait que, si j’ai parle, ce n’a ete que dans une intention pure. –Tout m’est explique maintenant, no Leo Carral, je suis, comme vous, persuade que Melchior medite une odieuse trahison contre l’homme auquel il doit tout et qui est son pere.

–Eh bien, dit Dominique, voulez-vous savoir mon opinion? Si l’occasion s’en presente, ce sera oeuvre pie de lui loger une balle dans sa mechante cervelle; le monde sera de cette facon debarrasse d’un affreux scelerat. –Amen! dit le comte en riant. En ce moment ils atteignirent la plaine. –Seigneurie, voici ou commencent pour nous les difficultes de l’entreprise que nous tentons, dit alors le mayordomo, il nous faut agir avec la plus extreme prudence, et surtout eviter de reveler notre presence aux espions invisibles dont nous sommes sans doute entoures. –Ne craignez rien, nous serons muets comme des poissons; passez donc devant, sans crainte, nous marcherons dans vos pas a la mode des Indiens sur le sentier de la guerre. Le mayordomo prit la tete de la file et ils commencerent a s’avancer assez rapidement dans des sentiers qui s’enchevetraient les uns dans les autres et qui auraient forme un reseau inextricable pour tout autre que Leo Carral. Ainsi que nous l’avons dit plus haut, la nuit etait sans lune, le ciel noir comme de l’encre.

Un silence profond, interrompu a longs intervalles par les cris stridents des oiseaux de nuit, planait sur la campagne. Ils continuerent a s’avancer ainsi sans echanger une parole pendant environ une demi-heure, enfin le mayordomo s’arreta.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *