Il est vrai que ca mange trop de perdrix, et meme de lievres

. .

Et puis, si elle t’a rendu le service, c’etait sans le savoir et, a la reflexion, tu ne lui devais rien. . .

Allons, allons, je vois que, comme toujours, tu as eu raison. C’est de bonne regle: quand le danger est passe, on f. .

.

iche le saint par terre! Comme dit l’Italien: _Passato pericolo, gabbato il santo_. Cependant c’est un gros ennui pour moi qu’il y ait tant d’occasions ou je ne peux pas te suivre dans tes chasses, parce que tu y cherches des femmes,–et que c’est la une chasse que l’on aime a faire tout seul.

Mais, je te le dis, mon brave, derriere les femmes mariees, il y a pour toi le danger que toi-meme tu te prepares; et finalement, d’une maniere ou d’une autre, tu attraperas un jour quelque fameux coup de corne! CHAPITRE XXIII Entre un conditionnel et un present, entre « je m’en _flatterais_ » et « je m’en _flatte_ », il n’y a pas, pour un bon gendarme, l’epaisseur d’un poil de barbe. Maurin n’avait aucun engagement vis-a-vis de Tonia.

Elle ne put lui faire reproche au sujet de cette histoire bientot ebruitee. La Margaride, la premiere, la racontait volontiers. Ce fut le gendarme seul qui, de plus d’une maniere, y perdit. Aux yeux de Tonia, le gendarme apparut des lors un peu ridicule. Et il n’eut pas le merite d’avoir quitte sa maitresse par respect pour sa fiancee. C’est la maitresse qui l’avait quitte. Tonia ne manqua pas de railler Sandri, a mots couverts, sur sa malheureuse equipee; et l’irritation du joli gendarme contre Maurin en fut accrue, tandis que le gout de Tonia pour Maurin, qu’elle n’avait plus revu, s’exaltait chaque jour un peu davantage.

Maurin disait quelquefois: –Il est plus facile a un homme qui a une maitresse d’en avoir plusieurs, qu’a un homme qui n’en a point d’en attraper une, et plus facile encore a un homme qui en a plusieurs de les avoir toutes! Cependant Celestin Grondard s’entetait dans ses soupcons contre Maurin.

Un bouton de veste, trouve sur le lieu du meurtre et ayant appartenu a Maurin, il n’en fallait pas plus a Grondard et a un gendarme pour etre convaincus de la culpabilite du roi des Maures. Pour sur, c’etait Maurin qui avait tue Grondard le pere! Ils se repeterent cela tous les jours a soi-meme, chacun de son cote. Maurin etait coupable. Ils desiraient qu’il le fut, ils le voulaient,–tout a fait comme de vrais juges. Alessandri combina donc avec Grondard toute une comedie destinee a obtenir les aveux du roi des Maures.

Depuis deux jours Maurin venait avec Pastoure attendre un lievre au croisement de deux sentiers, au _Pas de la lievre_, sans parvenir a le tuer. –Nous l’aurons demain ici meme, dit Maurin le second jour.

Celestin avait entendu ce mot et pris ses mesures. Le lendemain Maurin etait seul, dans la foret, loin de toute habitation, au _Pas de la lievre_, et Pastoure poste ailleurs, voir la page assez loin de lui, avec Gaspard, son chien d’arret, qui rapportait admirablement. Maurin avait lache ses chiens courants qui donnaient de la voix eperdument a travers le maquis. Hercule, son griffon d’arret, dormait a ses pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *