Et s’il faut en croire les archeologues, ce ne sont que les anciens termes paiens, les

eriges maintenant pour attirer la priere mystique comme ils le furent autrefois pour honorer le desir charnel, ils sont les temoins fixes des ages changeants. Ils repetent sans fin l’idee de la vie maitresse de tout, et, tels que des styles d’horloge solaire, ils ecrivent, sur la terre feconde, avec leur ombre, le signe eternel de l’eternel recommencement des choses. Sous le petit dome dont ils sont coiffes, ces pilons paiens portent une statuette de la Vierge chretienne. C’est au pied de ces termes que l’amoureuse s’agenouillait devotement de quart en quart d’heure, ayant en elle le double amour qu’ils representent: le volontaire appel a la chastete et l’appel involontaire au sauvage amour. . . Elle etait bonne a suivre, sous bois, a cette heure et dans cette saison delicieuse. Le pas souple et leger de Maurin ne s’entendait pas. Ses espadrilles choisissaient la place muette–d’ou la pierre ne se detachera point, ou la branchette tombee ne craque pas.

Il se retournait parfois pour mesurer,–a la fuite de la vallee, la-bas, et des villages lointains,–la distance parcourue.

Et la largeur de la plaine, ouatee de brumes que frangeait la dorure du soleil, lui dilatait la poitrine. Il croyait, a chaque respiration, respirer tout l’espace. La tiedeur du sol, bossue et comme gonfle de racines puissantes, passait dans ses veines. Quelque chose fermentait en lui comme en la terre rebondie ou se posait son pied.

Sous sa semelle, il sentait la tiedeur mouillee de la vie automnale; elle entrait en lui et lui montait des talons a la nuque. Il eprouvait une plenitude douce et forte. Il suivait d’assez loin la belle Tonia, mais quand le fourre lui permettait de se bien dissimuler, il se rapprochait d’elle et voyait alors, comme s’il eut pu les toucher, les pieds blancs de la fille, laves a chaque instant par l’eau pure des petits torrents qui traversaient tous les chemins. Une fois, elle poussa un cri; un caillou tranchant l’avait blessee. Maurin eut grand’peine a s’empecher de courir a elle, mais il se retint, ayant compris qu’elle n’avait pas grand mal. « Les filles crient tres fort, souvent, pour si peu de chose! » Le pied saigna. drive master Elle s’assit pour le laver au ruisseau et, relevant sa jupe, elle trempa jusqu’au genou ses jambes. Maurin, a travers les branches, la regardait, et tout le desir et toutes les jeunesses etaient en lui.

. .

Cependant, sans bien savoir pourquoi, il ne se montra pas. Un instinct lui disait que le moment de plaire n’etait pas venu. On approchait peu a peu de la cime, et Maurin commencait a comprendre que Tonia faisait sincerement son pelerinage de devotion.

Seule ainsi dans le bois, n’etant vue de personne, pourquoi aurait-elle, si elle n’eut pas ete sincere, prie si longtemps devant chaque oratoire? Et pourquoi se serait-elle impose la veritable peine de marcher pieds nus? Pour sur, elle n’avait point de rendez-vous. Peut-etre, tout au contraire, etait-elle venue prier la madone de combattre en elle l’amour. Il sentit qu’il devinait juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *