–et dolores, s’ecria dona carmen, pauvre dolores! comme elle doit souffrir! –dona dolores a disparu, elle

–Disparue! s’ecria don Jaime d’une voix eclatante, et vous vivez pour me l’apprendre! –J’ai fait tout ce que j’ai pu pour etre tue, repondit-il simplement, je n’ai pas reussi. –Ah! Je la retrouverai, moi! reprit l’aventurier; et le comte que fait-il? –Le comte est au desespoir, il cherche aide par Leo Carral; moi, je suis venu vers vous. –Vous avez bien fait; je ne vous manquerai pas. Le comte et Leo Carral sont donc demeures a Puebla? –Leo Carral seul, le comte a ete contraint de fuir pour echapper aux poursuites des Juaristes, il s’est refugie avec ses domestiques au rancho; chaque jour son plus jeune valet Ibarru, je crois qu’il le nomme ainsi, va a la ville s’entendre avec le mayordomo. –Est-ce drive master de votre propre mouvement que vous etes venu vers moi? –Oui, mais j’ai pris d’abord conseil du comte, je n’ai pas voulu agir sans avoir son avis. –Vous avez eu raison; ma soeur preparez un appartement convenable pour dona Dolores. –Vous la ramenerez donc? s’ecrierent les deux dames. –Oui, ou je perirai.

–Partons-nous? demanda le jeune homme avec impatience. –Dans un instant, j’attends Loick et Lopez.

–Loick est ici? –C’est lui qui m’a apporte la nouvelle de la surprise de l’hacienda. –C’est moi qui vous l’avais envoye.

–Je le sais. Votre cheval est fatigue, vous le laisserez ici, on en aura soin, je vous en donnerai un autre.

–Soit. –Vous avez sans doute entendu prononcer les noms des principaux persecuteurs de don Andres? –Ils sont trois; le premier est le premier secretaire, l’ame damnee du nouveau gouverneur, son nom est don Antonio de Cacerbar. –Vous avez eu la main heureuse, dit l’aventurier avec ironie: cet homme est le meme auquel vous avez si philantropiquement sauve la vie. Le jeune homme eut un rugissement de tigre.

–Je le tuerai, dit-il sourdement. Don Jaime lui jeta un regard etonne.

–Vous le haissez donc bien? lui demanda-t-il. –Sa mort meme, ne me satisfera pas; la conduite de cet homme est etrange, il est arrive a l’improviste dans la ville, deux jours apres l’armee; il n’a fait qu’apparaitre, puis il est dit-on reparti, laissant derriere lui une longue trainee de sang. –Nous le retrouverons; nous; quel est le second? –Ne l’avez vous pas devine deja? –Don Melchior, n’est-ce pas? –Oui.

–Bien, je sais alors ou chercher dona Dolores; c’est lui qui l’a enlevee. –C’est probable. –Et le troisieme. –Le troisieme est un jeune homme d’une belle et gracieuse figure, d’une voix douce, de manieres distinguees, plus terrible a lui seul a ce qu’on dit que les deux autres ensemble, bien que n’ayant pas de titre officiel; il parait disposer d’un grand pouvoir, il passe pour un agent secret de JuArez. –Son nom? –Don Diego Izaguirre. Le visage de l’aventurier s’eclaircit. –Bon, fit-il avec un sourire, l’affaire n’est pas aussi desesperee que je le craignais, nous reussirons. –Le croyez-vous? –J’en suis sur. –Le ciel vous entende! s’ecrierent les deux dames en joignant les mains. Cependant dona Maria, depuis l’arrivee du soi-disant baron, etait en proie a une preoccupation extraordinaire; tandis que le jeune homme causait avec don Jaime, elle le regardait avec une fixite etrange; elle se sentait les yeux pleins de larmes, la poitrine oppressee; elle ne comprenait rien a l’emotion que lui causait la vue et le son de la voix de cet elegant jeune homme qu’elle voyait cependant pour la premiere fois; vainement elle cherchait dans ses souvenirs, ou deja elle avait entendu cette voix dont l’accent avait pour elle quelque chose de doucement sympathique qui lui allait au coeur; elle etudiait le beau et loyal visage du vaquero comme si elle eut voulu retrouver dans ses traits une ressemblance fugitive, avec une personne que jadis elle avait connue; mais tout etait chaos dans sa memoire; une barriere infranchissable semblait s’elever entre le present et le passe, comme pour lui prouver quelle se laissait dominer par une esperance folle, et que l’homme qui se trouvait devant elle, lui etait bien reellement etranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *