–et ca va bien, les petites amours legitimes? –hum! –comment? deja! –je n’ai pas dit

–Tu fais: hum! –C’est que. . . –C’est que? –Tu sais, les jeunes mariees. . . –Les jeunes mariees? –C’est un peu. . . –Innocent, n’est-ce pas? –Oui. –Je comprends, dit Louise, en risquant des gestes definitifs. A des. . . comme toi il faut. . . –Des.

. .

comme toi, riposta Fernand, en lui passant la main sous le corset. Alors Louise en fit sauter les agrafes. Ses beaux seins fermes bondirent comme des cavales fringantes. Elle denoua sa lourde chevelure et colla sa bouche fardee sur les levres de Fernand, l’excitant de la morve de ses baisers. . . .

. .

. . . . . . . . . .

. . . . . . . . .

. . .

. . .

. . .

. . . Une heure apres, M. de Lorn sortait de l’hotel Saint-Baume, epouvantablement gris, mais la tete haute et le chapeau sur l’oreille. L’honneur etait sauf. Tout en marchant il se repetait avec satisfaction: –C’est egal, je suis content.

Ce n’etait pas pour tout de bon.

C’est que cette pensee me donnait la chair de poule.

Songez donc: trente-six ans et plus rien! Oh! non, pas encore! Et mais, dites donc, ca a marche avec cette petite grue de Louise, mais la tres bien. Au bout du compte, je m’en lave les mains.

Que ma femme s’arrange: c’est de sa faute. J’ai la preuve de ma vaillance. O ces jeunes filles du noble faubourg sont-elles godiches! IV Quelques jours apres. Vers neuf heures du soir. Ils se trouvent en tete a tete dans le petit boudoir chaud comme un nid, devant le feu petillant parmi les chenets.

Fernand regarde sa femme qui lit un volume de Feuillet: tres pale, a la lueur tamisee de la lampe, son corps se dessine amoureusement sous la soie du peignoir clair a bouffettes roses.

On voit le bras blanc jusqu’au coude. Les cheveux longs et soyeux trainent negligemment sur ses epaules. Le pied,–bas noir et mule blanche,–fretille nerveusement sur un pouf en tissu du Daghestan. Fernand la regarde toujours et la trouve gentille a croquer. Il se sent un appetit d’enfer et pourtant son estomac refuse toute nourriture. –Nom d’un chien! pense-t-il, il faut que cela finisse.

Tout ca, c’est de l’apprehension. Puis, il me semble qu’apres ma victoire de l’autre nuit, a l’hotel Saint-Baume, je serais bien bete de ne pas essayer. . . Il essaya. . .

Bernique! Alors il se mit dans une fureur de fauve: il allait et venait par la chambre, sacrant comme un goujat, se campant fierement devant la haute glace, retroussant les pointes feroces de ses moustaches, bombant son torse. Il alluma un gros cigare, et,–tel un maroufle sur un sofa de bouge,–il se vautra sur un canape. La, d’un air d’indifference, avec des ricanements, il dit, entre deux bouffees de cigare: –Tu sais, ma chere, c’est absolument ridicule, et je tiens a te dire une fois pour toutes que c’est de ta faute.

Blanche lanca un rire aigu plein de mepris.

Il reprit tranquillement, sans se laisser deconcerter: –Oui, c’est de ta faute, je le repete; j’ai des preuves certaines que je ne suis pour rien dans le desagrement qui nous arrive; des preuves, entendez-vous, madame! Il prononca le site le mot _preuves_ en appuyant, avec un sourire fat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *