–don melchior de la cruz, dit-il, savez-vous ou vous etes, et en presence de qui vous

–Vous reconnaissez-vous justiciable des hommes dont vous etes entoure? –Oui, parce qu’ils ont la force en main, et que toute velleite de resistance ou de protestation serait de ma part un acte de folie. –Non, ce n’est point pour cette raison que vous etes justiciable de ces hommes, et vous le savez bien, reprit froidement l’homme masque, c’est parce que vous vous etes volontairement lie a eux par un pacte, qu’en faisant ce pacte, vous avez accepte leur juridiction et leur avez donne le droit d’etre vos juges si vous manquiez aux serments que vous avez pretes, de votre plein gre, entre leurs mains. Don Melchior haussa dedaigneusement les epaules. –A quoi bon tenter une defense inutile, dit-il, ne suis-je pas condamne d’avance? Executez donc sans plus de retard la sentence que vous avez prononcee deja tacitement. L’homme masque lui lanca un regard flamboyant a travers les ouvertures de son masque. –Don Melchior, reprit-il d’une voix dure et profondement accentuee, ce n’est ni comme parricide, ni comme fratricide, ni comme voleur, que vous comparaissez devant ce tribunal supreme, je vous le repete, c’est comme traitre a la patrie; je vous somme de vous defendre. –Et moi je ne le veux pas; repondit-il d’une voix haute et ferme.

–Soit, continua froidement l’homme masque; alors plantant sa torche dans le sol, il se tourna vers les assistants. –Freres, dit-il, quel chatiment a merite cet homme? –La mort, repondirent les hommes masques, d’une voix sourde. Don Melchior demeura impassible. –Vous etes condamne a mourir, reprit celui qui jusque-la avait porte la parole, la sentence sera executee ici meme, vous avez une demi-heure pour vous preparer a comparaitre devant Dieu. –De quelle facon mourrai-je? demanda negligemment le jeune homme.

–Par la corde.

–Autant cette mort qu’une autre, fit-il avec un sourire ironique. –Nous ne nous reconnaissons pas le droit de tuer l’ame avec le corps, reprit l’homme masque: un pretre entendra la confession de vos fautes.

–Merci, dit laconiquement le jeune homme. L’homme masque demeura un instant immobile comme s’il eut attendu que don Melchior lui adressat une autre demande, mais voyant qu’il continuait a drive master garder le silence, il reprit sa torche, fit deux pas en arriere, l’agita a trois reprises differentes, et l’eteignit sous son pied. Toutes les autres torches s’eteignirent au meme instant; un leger froissement de feuilles seches et de branches cassees se fit entendre, et don Melchior se trouva seul. Cependant le jeune homme ne se trompa pas a cette apparente solitude, il comprit que, bien qu’invisibles ses ennemis continuaient a le surveiller.

L’homme, si fortement trempee que soit son ame, si grande que soit son energie, bien que cent fois il ait brave la mort en face, lorsqu’il a vingt ans, c’est-a-dire quand il se trouve a peine sur le seuil de l’existence, que l’avenir lui sourit a travers le prisme enivrant de la jeunesse, ne peut faire ainsi abstraction complete et reelle de lui-meme et sans transition aucune passer de la vie a la mort, sans eprouver un enervement complet et subit de toutes ses facultes intellectuelles et souffrir une angoisse horrible et un tressaillement affreux de tous les muscles, surtout lorsque cette mort qui vient le prendre plein de force, de seve et de jeunesse, lui est donnee froidement, de nuit, a la derobee pour ainsi dire et qu’elle a un cachet indicible d’infamie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *