De nancrais partait pour le limbourg et cornelius pour arras

Au nom de Cornelius Hoghart, Mme de Chateaufort donna ordre d’introduire le jeune Irlandais aupres d’elle. La duchesse se tenait au fond d’un oratoire ou penetrait un jour douteux; elle etait vetue d’une longue robe sans ornement qui cachait son cou et ses bras. Son visage avait les teintes mates de l’ivoire, et deux cercles bleuatres s’arrondissaient sous ses paupieres alanguies. Un pale sourire entr’ouvrit ses levres a la vue de Cornelius. –Qui vous amene? lui dit-elle; allez-vous me donner la joie de penser que je puis vous etre bonne a quelque chose? –Non, pas a moi, mais a un autre, madame. –Parlez! reprit la duchesse, qui avait le nom de Belle-Rose a la bouche et n’osait le prononcer. –Belle-Rose est arrete.

–Arrete! dites-vous? s’ecria Mme de Chateaufort en attachant ses regards effares sur Cornelius.

Cornelius lui raconta les circonstances qui avaient precede et accompagne cette arrestation. Mme de Chateaufort l’ecoutait les mains jointes. Quand elle apprit que Belle-Rose avait ete conduit a la Bastille, elle frissonna.

–C’est un lieu terrible: les uns en sortent pour perdre la vie, d’autres y restent pour mourir. –Il faut l’en tirer, madame, et l’en tirer vivant. –Certes, je m’y emploierai de toutes mes forces, mais suis-je bien sure de reussir? –Vous? mais vous l’avez sauve de la mort deja.

Vous le sauverez bien de la prison. Mme de Chateaufort secoua la tete. –J’etais puissante alors, et ce n’etait qu’un soldat, dit-elle; j’ai perdu mon credit, et c’est maintenant un criminel d’etat. paris click

–Lui! fit Cornelius epouvante. –Oh! vous ne savez pas, vous, ce que c’est que la cour et comme on y transforme les innocents en coupables. Vous ne savez pas quel homme c’est que M.

de Louvois: farouche, violent, imperieux, il hait qui le blesse, et ce n’est pas lui qui pardonnera jamais a Belle-Rose. –Qu’il ne lui pardonne pas, mais qu’il lui rende sa liberte. Il n’osera pas vous la refuser, a vous. –Non, peut-etre, si j’etais encore ce qu’on m’a vue, jeune, belle et puissante. Regardez-moi, reprit la duchesse en souriant tristement a son image reflechie par une glace, et dites-moi si je suis celle que vous avez connue il y a trois mois! J’ai quitte la cour, je n’ai plus rien demande, d’autres sont venues et je suis oubliee. .

. Oh! ne dites pas non, on oublie vite autour d’un roi! –Que faire alors? que faire? s’ecria Cornelius. –Tout tenter et prier Dieu. J’irai trouver M.

de Louvois, je lui parlerai et ne le quitterai qu’apres avoir tout epuise. Pour si triste et si abattue que je sois, je me souviens toujours que je suis Mme de Chateaufort. A cet elan d’une ame fiere jusque dans sa detresse, Cornelius sentit luire en son coeur un rayon d’esperance. –Vous le sauverez! s’ecria-t-il. –Oh! reprit-elle, j’irais jusqu’au roi s’il le fallait avant de le laisser perir. Mais, tenez, je serais bien plus sure de sa vie si quelque femme en credit a la cour s’interessait a son sort. –Une femme? dit Cornelius. –Oui, reprit Genevieve; si les femmes ne peuvent pas grand’chose sur l’esprit de M.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *