–comment? cela est-il possible s’ecria-t-il avec feu

Don Jaime se mit a rire.

–Voila bien les amoureux! reprit-il, ils ne comprennent pas que les autres n’aient pas les memes yeux qu’eux. –Mais il doit l’epouser.

–Il doit, dit-il en appuyant avec intention sur le mot. –N’est-il pas venu au Mexique, expressement dans ce but? –C’est vrai. –Vous voyez bien qu’il l’epousera, alors. L’aventurier haussa les epaules. –Votre conclusion est absurde, dit-il; l’homme sait-il jamais ce qu’il fera? Demain lui appartient-il? –Mais depuis les malheurs qui ont accable la famille de dona Dolores et dona Dolores elle-meme, le comte tente l’impossible pour sauver la jeune fille. –Cela prouve que le comte est un parfait gentilhomme et un homme d’honneur, voila tout; d’ailleurs il est son parent et il fait son devoir en tentant de la sauver, meme au risque de sa vie et de sa fortune.

Dominique haussa les epaules a plusieurs reprises.

–Il l’aime, dit-il. –Alors je retourne la phrase, dona Dolores ne l’aime pas.

–Vous croyez.

–J’en suis sur. –Oh! Si je pouvais me le persuader, j’espererais. –Vous etes un enfant; maintenant je pars, attendez-moi ici; surtout jurez moi de ne pas vous eloigner avant mon retour. –Je vous le jure.

–Bien, je vais travailler pour vous, esperez; a bientot. Et lui faisant un dernier signe de la main, l’aventurier s’eloigna par une galerie laterale. Le jeune homme demeura immobile et songeur tant que le bruit des pas de son ami qui s’eloignait, parvint a son oreille, puis il se laissa retomber sur le lit de fourrures, en murmurant a voix basse: –Il m’a dit d’esperer. Nous laisserons Dominique plonge dans le site des reflexions qui, d’apres l’expression de son visage, devaient etre agreables, et nous suivrons don Jaime dans son aventureuse expedition. Le souterrain etait situe a environ une demi-lieue de la ville, c’etait donc un peu plus d’une demi-lieue que don Jaime avait a faire sous terre avant de se trouver dans Puebla. Mais ce trajet assez long ne paraissait nullement l’inquieter, il marchait bon pas a travers la galerie ou par des interstices invisibles penetrait une clarte suffisante pour qu’il put se guider facilement au milieu des detours sans nombre qu’il etait contraint de faire.

Il marcha ainsi pendant pres de trois quarts d’heure, enfin il arriva au pied d’un escalier compose d’une quinzaine de marches.

L’aventurier s’arreta un instant pour reprendre haleine puis il monta. Lorsqu’il atteignit le sommet de l’escalier, il chercha un ressort qu’il trouva bientot, appuya le doigt dessus, aussitot une pierre enorme se detacha du mur, roula sans bruit sur des gonds invisibles et ouvrit un large passage, don Jaime sortit et repoussa la pierre qui reprit immediatement sa premiere position, d’une facon tellement parfaite qu’il etait impossible, meme en y mettant la plus serieuse attention, d’apercevoir dans le mur la moindre fissure, la plus legere solution de continuite. Don Jaime jeta un regard interrogateur autour de lui; il etait seul. L’endroit ou il se trouvait etait une chapelle de la cathedrale meme de Puebla; la porte secrete qui avait livre passage a l’aventurier s’ouvrait dans un angle de cette chapelle, masquee par un confessionnal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *