C’etait un cri funebre qui semblait ne pas appartenir a la terre: il dechirait l’oreille et

Genevieve epouvantee se laissa tomber sur ses genoux. –Mon Dieu! dit-elle, est-ce l’ame de Gaston qui m’appelle? Belle-Rose sentit un frisson courir a la racine de ses cheveux que mouillait une sueur froide. Il s’elanca vers la fenetre et l’ouvrit. La nuit sereine enveloppait la campagne de sa transparente obscurite; la brise chantait entre les rameaux fleuris des aubepines, et l’on entendait dans l’ombre d’une haie une fauvette amoureuse qui gazouillait sur son nid. Une terreur invincible retenait Genevieve agenouillee par terre; elle avait la paleur du marbre, sa tete renversee en arriere semblait aspirer encore l’horreur de ce cri, et ses mains perdues ce site dans son epaisse chevelure en tordaient les boucles flottantes. Belle-Rose sondait du regard les profondeurs de la nuit; sa main s’etait portee a la garde de son epee, et ce soldat qui ne connaissait pas la peur attendait muet et fremissant. Un nouveau cri, un cri lugubre, eclata soudain et se prolongea sous le ciel etoile: c’etait tout a la fois une plainte dechirante et une menace formidable, un cri qui figeait le sang. Mme de Chateaufort, folle d’epouvante, bondit jusqu’aux genoux de Belle-Rose et s’y cramponna. Tout a coup la porte s’ouvrit violemment, et Pierre se precipita dans la chambre l’epee nue au poing; Camille, effaree, s’y jeta apres lui. –Entends-tu, frere? dit a voix basse le pale jeune homme; entends-tu? Belle-Rose se degagea de l’etreinte de Mme de Chateaufort et tira son epee. –Viens, frere! dit-il; et tous deux se jeterent hors du pavillon. XXV VILLE GAGNeE Madame de Chateaufort, eperdue et muette, suivit Belle-Rose et Pierre. Dans l’etat de frayeur mortelle ou son ame etait plongee, ce qu’elle craignait avant toute chose, c’etait de demeurer seule. Le paysage etait calme et repose. La campagne, baignee d’une blonde lumiere, se perdait dans un horizon placide et vaporeux ou rayonnaient seulement quelques etincelles immobiles comme des etoiles.

A cent pas du pavillon, la Sambre coulait comme un fleuve d’argent liquide, et l’on n’entendait rien que le doux bruit de l’eau qui se brisait au pied des saules. Il semblait aux deux freres que les cris s’etaient eleves dans la direction de la riviere. Ils s’avancaient donc de ce cote, prudemment, l’oeil et l’oreille au guet, comme des soldats qui craignent une surprise, lorsqu’un cri rauque, haletant, essouffle, passa au-dessus de leur tete, et fit se courber Mme de Chateaufort comme un arbre battu par le vent. Un silence lugubre le suivit. Belle-Rose se redressa impetueusement.

–C’est le cri d’un homme qui se noie! dit-il; et il s’elanca vers le rivage. Pierre arriva sur le sable aussi vite que lui, et tous deux courbes chercherent le long du fleuve, qui brillait comme un large ruban d’acier. Ils n’avaient pas fait cinquante pas, qu’ils apercurent aupres d’un vieux saule, penche sur le fleuve, un corps noir qui flottait doucement au cours de l’eau.

Il y avait des instants ou ce corps venait a la surface, et d’autres ou il disparaissait sous les branches du saule, obeissant au remous qui le balancait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *