C’est entendu? –monsieur le prefet, dit theodule avec une sorte de solennite, c’est tout ce que

.

.

sans oser l’esperer. Merci. –C’est entendu! c’est entendu! confirmait le prefet qui se retira vivement.

Entendu, monsieur Theodule d’Auriol, et comptez sur toute ma reconnaissance. Vous me sauvez plus que la vie! Pierre d’Auriol demeurait la, cloue sur place, plus stupide que jamais, bouche bee. –Mon oncle, lui dit Theodule.

. .

ceci m’ouvre les yeux.

Je renonce a mes etudes, je me consacre a votre fortune. Dans huit jours vous serez decore; aux prochaines elections qui auront lieu dans deux ans, on vous nommera depute; avant trois ans vous serez ministre de ce que vous voudrez.

.

. a condition toutefois que vous me promettiez des aujourd’hui de me prendre comme chef de cabinet. –Tu m’en diras tant! repliqua le professeur idealiste qui commencait a se deniaiser. La distribution des recompenses eut lieu dans les arenes antiques d’Auriol, les mieux conservees du monde apres celles de Nimes et d’Arles. Pierre d’Auriol refusa d’aller chercher sa medaille, mais Theodule prit sa place. Il monta sur l’estrade pavoisee tandis que les _Harmonieux Enfants d’Auriol_, soufflant dans leurs cuivres, attaquaient une _Marseillaise_ enthousiaste. Le prefet annonca les recompenses:.

. . Chevalier site de l’entreprise de la Legion d’honneur: _Pierre d’Auriol_.

A ce moment precis, un evenement se produisit qui faillit tout gater. Le marchand de volailles qui avait vendu a Theodule les deux faux canards du Labrador vint lui chuchoter a l’oreille: –Je les ai reconnus: ce sont les miens! Et je dirai tout. .

. a moins qu’on ne m’accorde un dedommagement, car enfin certaines injustices sont par trop criantes. Theodule ne se deconcerta pas: –Qu’exigez-vous? interrogea-t-il.

Puisque vous etes un ami de la justice, vous etes des notres et vous n’abuserez pas de la situation.

–Le prefet, dit le marchand, a, je le sais, la plus grande influence au ministere de l’Interieur. C’est l’ami intime du ministre: je desire que mon fils soit nomme sous-prefet. –Je suis persuade, repliqua Theodule, que le prefet est, comme vous, trop ami de la justice, pour ne pas vous aider de tout son pouvoir. Quelques semaines plus tard, le fils du marchand de volailles etait sous-prefet et son estimable pere etait eleve, par la force des choses, au rang de chevalier du Merite agricole. Quand cela fut accompli: –Maintenant, dit-il a Theodule, aidez-moi a vendre mon fonds. Mon metier de marchand de volailles est incompatible avec ma nouvelle dignite, et d’ailleurs il humilie mon fils! –Fort bien, monsieur, dit Theodule, j’achete en bloc tous vos oisons. Il les acheta, ayant son idee.

Avec les quatre mille francs du prix obtenu par son oncle–lequel, emerveille enfin de l’habilete de son neveu, se livrait entierement a lui–il se rendit acquereur d’un terrain vague qu’il entoura d’une grille de bois dite « de chemin de fer ». Dans ce terrain, il fit construire quelques cabanes de planches et fit peindre au-dessus du rustique portail ces quatre mots en lettres augustales: AU CANARD DU LABRADOR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *